Mobile Suit Gundam The Origin III - La révolte de l'Aube - Actualité anime

Mobile Suit Gundam The Origin III - La révolte de l'Aube

Critique du dvd : Mobile Suit Gundam The Origin III - La révolte de l'Aube

Publiée le Jeudi, 09 Novembre 2017

Restée sur Side-3, Astraia, mère de Casval et Artesia, est décédée à cause de sa détention par les Zabi. Rongé par la haine envers ceux qui ont pris le pouvoir de la République de Munzo, Char entreprend d'intégrer discrètement l'école militaire de Zeon, pour se rapprocher discrètement de son ennemi. Il utilise alors sa ressemblance avec Char Aznable pour intégrer l'école à sa place, et le fait passer pour mort en le rendant victime d'un attentat des Zabi, initialement destiné à éliminer Casval. Sous une autre identité, « Char » peut maintenant préparer son ascension et sa vengeance...





La fin du second épisode de Gundam – The Origin marquait un cap dans ce préquel. Le drame familial des Deikun ayant fait une victime de plus, sa mère, Casval est suffisamment empli de haine pour réclamer sa vengeance.

Contrairement à l'épisode précédent qui se déroulait des années après le premier, cette suite intitulée La révolte de l'aube, a lieu quelques minutes après, quelques heures tout au pire. La première séquence est très symbolique puisqu'elle répond à une interrogation posée par le second OAV : comment Casval deviendra l'individu dénommé Char, un être qui a réellement existé et qui n'était pas qu'une identité forgée de toutes pièces par la future Comète Rouge. La réponse ne tarde pas à arriver : elle est cruelle, mais représentative du climat de haine qui entoure Casval, sans compter la détermination et l'inventivité du jeune homme qui seront ses armes les plus fidèles au cours de son évolution au sein de l'armée de Zeon.



On pourrait presque résumer ainsi l'entièreté de l'épisode : le parcours de Char, et la manière dont son chemin rejoindra le scénario de Mobile Suit Gundam, la toute première série, tel que nous l'avons connu. Cela passe donc pas son identité, justifiée sur les premières minutes donc, son ingéniosité croissante, mais aussi la manière dont il brillera au sein de l'école militaire. Gundam – The Origin emprunte donc un chemin presque scolaire, un élément qui rappellera peut-être à certains le premier arc du manga Gundam – École du Ciel et qui possède donc un charme certain. Toutefois, le récit ne s'enlise pas dans les clichés du récit scolaire et reste centré sur la progression de Char ainsi que sur une rencontre qui forgera une partie de son destin : son amitié avec Garma Zabi. Le personnage a aussi droit à son traitement et est notamment montré bien plus arrogant que lorsque nous l'avons croisé au début de Mobile Suit Gundam. The Origin entame donc une évolution croisée entre les deux personnages, et une amitié teintée de rivalité qui s'avère encore plus passionnante pour peu que l'on connaisse la destinée des deux camarades de promotion.



On ne le redira jamais assez, l'intérêt de The Origin est justement de narrer des origin stories, et de justifier certains éléments pour ceux qui connaitraient l'intrigue principale de la série ou des films Mobile Suit Gundam. Dans le cas de Char et Garma, comment aborder la relation entre ses deux amis, tout en traitant habilement celui qui ne cherche finalement qu'à se venger ? Cette interrogation est très représentative de l'épisode tant elle apporte des sentiments ambigus chez Char et une volonté pour lui de faire briller Garma, aussi bien pour son propre intérêt que par sincérité envers un être qu'il finit par apprécier, un peu malgré lui.
Finalement, les autres personnages de l'immense calendrier du Siècle Universel sont un peu délaissés. Artesia, ou Sayla désormais, n'a qu'une apparition assez réduite, mais néanmoins touchante, tandis que le film s'achève en mettant en vedette l'arrivée dans l'espace de l'un des personnages les plus importants de la saga.



Pourtant, l'épisode ne se contente pas de narrer les aventures de Char et Garma à l'école militaire, et adapte l'arc narratif inventé par Yoshikazu Yasuhiko, dans son manga, qui amènera le conflit à un stade plus critique. The Origin n'est pas que l'histoire de Char, c'est aussi l'évolution des tensions entre une fédération terrienne fermée d'esprit, et une nation clamant son indépendance et refusant toute domination. Ainsi souffle un vent de révolte, non pas dicté par les Zabi mais bien engendré par de jeunes militaires, dont Char et Garma, une manière d'intensifier les prémices de la guerre tout en apportant une séquence d'action passionnante et, là aussi, démonstrative des talents des deux compères, ce qui justifiera leur ascension au cours de la suite.




Et encore une fois, le travail de production de la Sunrise garantira le spectacle sur toute cette séquence finale. Ce n'est plus à certifier, les OAV Gundam produits depuis Unicorn sont traités avec soins, avec le budget de films peut-être, si bien que chaque épisode reste techniquement soigné du début à la fin.

Alors, Gundam – The Origin se montre une nouvelle fois brillant, que ce soit sur son travail des personnages, des enjeux politiques de plus en plus solides, ou de l'aspect technique époustouflant. On soulignera aussi le scénario qui parvient à garder une cohérence par rapport à l’œuvre qui suivra, la toute première de la saga Gundam, si bien que les couacs narratifs relèvent plus du manque de précision qu'autre chose (par exemple, le fait que Sayla ne tique pas plus que ça sur le nom Char Aznable, dans la série ou les films Mobile Suit Gundam).



Il reste encore trois épisodes à la série, trois OAV qui amèneront doucement Char, Garma et bien d'autres là où les premiers fans ont pu les découvrir, en 1979.
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

17 20


Note de la rédaction





MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News