Kekkaishi - Actualité manga
Dossier manga - Kekkaishi

Note des lecteurs 19 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 05 Mai 2011


Il y a bien longtemps… vivait un petit seigneur qui régnait sur une petite région. Or, ce petit seigneur détenait un grand pouvoir que lui-même ignorait. Son aura attirait monstres et créatures fantastiques, de sorte que sa demeure était le théâtre incessant d’événements insolites. Dans le comble de l’embarras, ses gens firent venir un exorciste, à qui ils implorèrent protection.

Et manque de bol, c’était mon ancêtre.

C’est sur ces paroles que débute Kekkaishi, une série qui redéfinit les standards de qualité du genre shônen, en nous proposant une aventure mêlant mystère, combats intelligents, développement des personnages, vie quotidienne, et surtout, qui reste fidèle à elle-même, toujours.
 
 
 

Les bases du champ de force


Hôi: Détermination de la cible



Kekkaishi (結界師 - Kekkaishi Ayakashi Hojinden en VO) est un shônen de Yellow Tanabe, dont la publication a débuté dans les pages du Weekly Shônen Sunday de l’éditeur Shogakukan en 2003, et s’est terminée en avril 2011. La série fait ainsi 35 tomes au total. Elle a également remporté la palme du Meilleur Shônen 2007 lors du 52ème Prix Shogakukan. Le titre est publié un peu partout dans le monde, et s’est vue adapté en une série animée de 52 épisodes, ainsi qu’en jeux vidéo.

En francophonie, c’est l’éditeur Pika qui s’occupe de son adaptation à partir de janvier 2006. Publiée à un rythme bimestriel jusqu'à son dix-huitième volume, la série se voit ensuite ralentie avec un écart de plus important entre les volumes : trois mois d'écart du dix-neuvième au ving-sixième, puis quatre pour arriver au vingt-septième, huit pour le vingt-neuvième... Les raisons ? Un succès relativement modeste en France, et un éditeur réticent à maintenir une série déficitaire. Ainsi, la qualité intrinsèque de la série pourra être touchée par la réduction des coûts qu'elle engendre. Outre la décélération, le manga aura ainsi subi deux changements de traducteurs, avec les incohérences que cela engendre. En décembre 2014 sort le 35ème et dernier tome français.


Jôso: Délimitation de l’espace



Yellow Tanabe (田辺イエロウ) est née à Tokyo, un beau jour de 13 juin, une année indéterminée, et fait partie de cette nouvelle vague de mangaka féminins faisant leur carrière dans le shônen et qui apporte un regard neuf dans le microcosme du manga pour garçons. Elle est diplômée du Musashino Art University, située près de Tokyo, dont sont issus notamment Satoshi Kon (Tokyo Godfathers) et Fusako Kuramochi (Simple comme l’amour). Elle fît ses débuts en tant qu’assistante de Mitsuru Adachi, dont on sent l’influence dans sa manière de mener la vie quotidienne de ses personnages, ainsi que dans son graphisme à certains égards. Elle travailla aussi sous la supervision de Makoto Raiku, dont elle a sans doute appris le découpage des combats et repris certains traits d’humour pour ponctuer son récit. Son avatar de pingouin provient d’une de ses œuvres de jeunesse, qu’elle a réalisée au lycée.

Sa première histoire, Yami no Naka (Dans les ténèbres), a reçu une mention honorable lors du prestigieux concours Shinjin Comic Taisho de la Shogakukan (qui récompense les jeunes artistes). Elle entame sa carrière solo en 2002 avec Lost Princess, une histoire courte. Après une autre histoire courte intitulée Fake! en 2003, elle réalisa le chapitre pilote de son futur titre phare qui lui fit obtienir la consécration : Kekkaishi. Elle a également publié une histoire courte en mai 2009, intitulée Birthday, à l’occasion de l’anniversaire du Monthly Shônen Sunday. En aout 2011 parait Fake! , un tanpeshû (recueil) qui compile les nouvelles précitées ainsi que le pilote de Kekkaishi.
   
En juillet 2012, la mangaka réalisa Mori no Naka, une nouvelle de 49 pages publiée dans le Gessan à l'occasion des trois ans du magazine. Quelques mois plus tard, elle reviendra dans le Shonen Sunday pour entamer une nouvelle série au long cours : Shûmasu no Rafter. Pour l'heure, la série ne s'est encore que peu dévoilée, sinon par un synopsis très classique à base de chasseur de démons. Mais nul doute que Yellow Tanabe saura sublimer ce terreau de base pour un résultat détonnant ! Au final, une jeune auteure très prometteuse et dont on attend beaucoup encore dans l’avenir.


Ketsu: Enceinte d’isolement

Les personnages importants dans Kekkaishi sont légions, voici donc seulement ceux qui auront un rôle décisif à jouer dans le dénouement de l’intrigue. Et étant donné qu’il y a tellement de choses à dire, une brève présentation sous forme de fiche technique suffira pour les présentations préliminaires. À vous de les découvrir plus en détails, ainsi que toute la galerie de personnages, en lisant le manga.


Yoshimori Sumimura



- 14 ans
- Gardien légitime du domaine Karasumori, 22ème du nom de la famille Sumimura. Collégien un peu mal luné par moment mais extrêmement sympathique
- Grand amateur de café au lait.
- Hobby: la pâtisserie, la sieste
- Son rêve : construire un château en gâteau
- Est amoureux de Tokine, sa charmante voisine et collègue
- Il n’en a pas l’air, et ne se considère pas comme tel, mais c’est un personnage important de l’histoire. Il est également très puissant, bien qu’il ait tendance à gâcher son grand pouvoir en faisant un peu n’importe quoi dans le feu de l’action.


Tokine Yukimura



- 16 ans
- Gardienne légitime du domaine Karasumori, 22ème du nom de la famille Yukimura. Superbe et adorable jeune fille
- Excelle dans de nombreux domaines, mais sait rester assez simple. Fille malgré tout difficile à approcher et qui prend beaucoup sur elle-même
- A une sainte horreur des cafards, ces mécréants qui hantent les cuisines et les habitations en général.
- Dispose de ressources limitées niveau puissance, mais très douée dans la manipulation d’énergie.


Masamori Sumimura



- 21 ans
- Kekkaishi sans attaches, il s’est néanmoins élevé au rang de chef des Veilleurs de la nuit, l’unité d’attaque de la Guilde, et est devenu membre du conseil des 12.
- Donneur de leçons, assez suffisant parfois, mais dans l’ensemble très apprécié par ses hommes, de par son caractère généralement bienveillant.
- Possède néanmoins un côté sombre, qui le rend dangereux et imprévisible. On sent qu’il peut sombrer à tout moment dans les ténèbres.
- Également très ambitieux, et est prêt à tout ou presque pour atteindre ses objectifs.
- Kekkaishi ambivalent, à la fois puissant et doué dans la répartition de l’énergie. Étant donné son caractère, il a cependant quelques limites.


Sumiko Sumimura



- Âge inconnu
- Mère de Masamori, Yoshimori et Tokimori, le petit dernier qui n’a pas encore la maîtrise de ses pouvoirs.
- Elle ne porte pas le sceau de l’héritier légitime, elle est donc libre de vagabonder à sa convenance.
- Être nimbé de mystère, et une kekkaishi au pouvoir immense et inimaginable, d’après les rumeurs.
- Elle s’est mise à voyager sans cesse il y a dix ans, et apparaît fort tardivement dans le titre. Elle semble savoir beaucoup de choses, et détient sans doute la clé de l’affaire Karasumori.



Hôi, Jôso, Ketsu

Un kekkai de l’école Hazama vous entoure désormais, afin que vous puissiez profiter de ce dossier dans les conditions les plus calmes possibles. Vous pouvez quitter la lecture à tout moment en prononçant « Kai », ce qui dissoudra le champ de force. Ne prononcez surtout pas « Metsu » cependant, je ne garantis alors pas votre survie…
 
Je dois l’avouer, il m’est difficile de parler de Kekkaishi en des termes tout à fait neutres, sans mettre trop d’emphase sur ses qualités et ses points forts. Il y a cependant une raison à cela : La série fait partie de ces titres qui peuvent donner une fausse impression de banalité, alors qu’en réalité, elle recèle des pépites d’inventivité, de cohérence, d’intrigues, d’humour et de sincérité, et se classe sans nul doute dans le haut du panier des meilleurs titres manga. Du moins faut-il encore lui donner sa chance pour en être pleinement convaincu, et ne pas y chercher ce qu’elle ne propose pas.


Ce dossier est constitué de trois parties:

- « Kekkai », la technique de base, celle par qui tout arrive, qui donne toutes les clés. Détails techniques et ton plus neutre de rigueur. Idéal pour les débutants.

- « Zekkai », la technique sombre, celle qui annihile et protège à la fois, tout dépend de qui l’utilise. Ca ne rigole pas toujours, mais ça n’en reste pas moins passionnant. Ton analytique de rigueur, pour aborder les grands thèmes de la série. Pour ceux qui veulent être convaincu que Kekkaishi n’est pas un simple shônen.

- « Shinkai », la technique secrète, celle qui ne peut naître que dans une volonté de création. Ton décalé parfois, pour montrer toute la verve imaginative et passionnée de l’œuvre. Tout public, mais ce sont sans doute les initiés aux titres qui comprendront le mieux ce que je veux dire. Cette partie peut servir à convaincre les derniers récalcitrants.

Et bien sûr, je lèverai moi-même le kekkai à la fin. J’espère humblement que si vous ne vous êtes pas encore essayé à Kekkaishi, ce dossier vous donnera envie d’en savoir plus sur ce manga unique en son genre. Et je souhaite que si vous n’avez pas accroché à votre première lecture, il vous poussera à lui redonner une deuxième chance. Et si vous êtes déjà conquis par la série, je vous souhaite simplement une bonne lecture, en espérant que vous apprécierez l’exercice.
  

KEKKAISHI © YELLOW TANABE / SHOGAKUKAN INC.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News