Gangsta - Actualité manga
Dossier manga - Gangsta
Sommaire

Publié le Vendredi, 12 June 2015


Graphismes et Edition

   
Pour sa première œuvre au long cours, Koshke fait déjà preuve d'une belle maîtrise graphique, avec un style relativement réaliste. Les anatomies et chevelures des personnages sont très détaillées, et contribuent allègrement à la sensualité ambiante. On ressentira particulièrement sa touche féminine dans la représentation des personnages masculins, qui emprunte quelques codes propres au yaoi : les yeux sont tombants, les lèvres proéminentes, les mâchoires carrées et saillantes. On pourra ainsi rapprocher ce style de celui de Kazuya Minekura (Saiyuki) ou de Natsume Ono (Goyo, Ristorante Paradiso). Dans la postface du tome 3, la mangaka avoue cependant en avoir assez de ne dessiner que des hommes, mais qu'elle se rassure, elle met tout autant les femmes à l'honneur. Cependant, on retrouvera étrangement le style anguleux dans leurs visages, contribuant à un mélange des genres assez hybrides. En revanche, l'auteur a peut-être plus de mal à gérer les proportions corporelles pour les enfants. Les décors sont quant à eux assez travaillés, savent rester discrets, mais peuvent se réfléchir bien denses quand la situation l'exige. En revanche, les rues d'Ergastulum donnent l'impression de toute se ressembler, et l'on peut alors se perdre dans la narration, surtout lorsque plusieurs situations sont présentées en parallèle.
    
L'éditeur Glénat fournit quant à lui une édition de bonne qualité, même si le grammage du papier semble avoir diminué au fil de la série. La traduction retranscrit parfaitement les différents niveaux de langage, avec un emploi d'argot relativement léger, et les différentes pages explicatives en fin de tome ne sont pas oubliées.
   
   
   
   

Conclusion

   
Avec six volumes sortis à ce jour, la série Gangsta présente déjà un très grand potentiel, et a le mérite de pouvoir s'adresser à un public très large. Les amateurs d'histoire mafieuse trouveront leur compte dans cette intrigue nébuleuse, portée par les mystères des crépusculaires et des séquences d'action bien senties. La psychologie des personnages principaux est creusée assez profondément, et l'on suit avec plaisir le parcours de la belle Alex dans la découverte des secrets de ses deux acolytes.  Enfin, la mangaka apporte sa touche féminine dans ce seinen avec toute une dimension de romance, de liens affectifs et de sensualité, dans un monde qui à première vue est relativement obscur.
   
Il est bien difficile de mettre en avant les atouts de Gangsta. On pourrait résumer tout cela en un mot : c'est une série qui a la classe. Des personnages charmeurs, un graphisme accrocheur, une ambiance poussiéreuse, tous les ingrédients sont réunis pour constituer un divertissement réussi. Et l'arrivée de son adaptation animée devrait, à n'en pas douter, lui apporter un nouveau souffle. Mais tandis que nous avons découvert ce titre à un rythme effréné, il ne faudrait pas que la suite s'éternise. Et l'on a hâte de voir où Kohske veut nous mener... du moins, si elle le sait elle-même ! En attendant, nous pouvons déjà nous délecter de l'univers de la série, et imaginer y vivre nos propres histoires....
   
   
Mise en ligne le 12/06/2015.
(c)
   

Dossier réalisé par Tianjun


GANGSTA © Kohske 2011 / Shinchosha Publishing Co.