Mushoku Tensei - Les aventures de Roxy Vol.1 - Actualité manga

Mushoku Tensei - Les aventures de Roxy Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 09 January 2019

Faisant partie des séries phares des éditions Doki-Doki actuellement, Mushoku Tensei est une saga qui jouit également d'un joli succès au Japon, comme en témoignent ses quelques spin-off. Et l'éditeur français de la série, en ce début d'année, a donc décidé de nous faire découvrir l'un de ces spin-off, et pas n'importe lequel puisqu'il est dédié au passé du personnage le plus apprécié de l'oeuvre, la Miguld magicienne et maîtresse de Rudeus: Roxy ! Quel parcours, quelles aventures a-t-elle connus pour devenir la brillante magicienne que l'on connaît ? On devrait avoir la réponse dans Mushoku Tensei - Les aventures de Roxy, manga lancé au Japon en 2018 et dessiné par Shôko Iwami, une mangaka qui exerce depuis le début des années 2000 mais que l'on découvre pour la première fois en France.

Après une très brève introduction présentant rapidement Roxy et pouvant crisper un peu puisqu'à la première page elle spoile un événement du light novel d'origine qui n'a pas encore eu lieu dans le manga (on en est au tome 8 à l'heure où ces lignes sont écrites... Si vous voulez éviter ce petit spoil, on vous conseille donc de zapper la première page !), nous voici plongés, dans ce tome 1, dans l'enfance de l'attachante Miguld, à partir de l'instant de sa naissance et jusqu'à ses premiers exploits en tant qu'aventurière auprès de ses tout premiers compagnons. On découvre donc avec intérêt, dans un premier temps, les premières années de vie délicate pour la jeune fille, née sans le pouvoir de télépathie propre à tous les Migulds, et connaissant donc des problèmes d'intégration et de communication, y compris auprès de ses propres parents qui ne savent pas trop comment faire pour la préserver et ne pas la blesser. Mais la Roxy frêle des premières années laissera vite place à une Roxy voyant naître en elle un rêve de devenir magicienne dès lors qu'elle rencontre celle qui deviendra sa mentor, puis à une Roxy apprenant à devenir de plus en plus dégourdie et maîtresse de ses capacités durant ses premières années de "vie active" au sein des "Vandales de Licalis" en accomplissant ses premières missions.

Concrètement, les choses vont vite, parfois un peu trop: l'impact de la mentor de Roxy sur elle aurait mérité un peu plus de pages, tout comme les premières missions de la jeune fille parmi les "Vandales de Licalis", ces premières missions manquant un peu d'enjeux et de peps. Cela dit, l'autrice sait tout de même bien dégager l'essentiel, à savoir l'évolution de Roxy étape par étape que l'on ressent bien, et le rôle auprès d'elle d'une petite palette de personnages assez efficace. On pense ici surtout aux trois premiers compagnons d'aventure de la Miguld qui, de par leur design et leur caractère respectif assez bien campé, parviennent à animer comme il se doit les pages via des interactions pêchues amenant une ambiance assez positive voire amusante. Le résultat, malgré le manque d'approfondissement réel, est donc agréable à suivre, mais les choses sérieuse devraient réellement commencer dans le prochain tome, au vu de la dernière pages annonçant quelque chose de plus dramatique...

Visuellement, Iwami propose un coup de crayon très proche de celui de Yuka Fujikawa sur Mushoku Tensei: le trait est agréable, maîtrisé, assez dynamique, on retrouve une Roxy mignonne à souhait et des designs convaincants pour ses compagnons d'aventure. Seul hic: plusieurs plans-culotte complètement dispensables autour de notre jeune héroïne, un aspect peut-être un petit peu plus présent que dans Mushoku Tensei et qui peut, par instants, agacer (ou plaire, selon vos goûts).

Au final, ce premier volume est dans l'ensemble plutôt sympathique, sans être indispensable. Pour l'instant les choses vont globalement un peu vite et sans aller réellement au fond des choses, mais suivre l'évolution de l'attachante magicienne est un plaisir. Notons aussi que, comme dans le manga Mushoku Tensei, on a droit à la fin de ce premier tome à une petite nouvelle inédite écrite par Rifujin na Magonote, l'auteur du light novel d'origine. Enfin, concernant l'édition, Doki-Doki nous offre un travail dans la droite lignée du manga Mushoku Tensei, avec de jolies premières pages en couleur, un papier souple et épais, et une traduction vivante qui est toujours assurée par Jean-Benoît Silvestre, déjà à l'oeuvre sur Mushoku Tensei.
  

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

13.5 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News