Half & Half Vol.1 - Actualité manga

Half & Half Vol.1

Critique du volume manga

Publiée le Mardi, 30 June 2020

Avec la conclusion de Fûka, la sortie de la série courte Half & Half, et le lancement de sa nouvelle oeuvre Hitman, mai devait être un mois Kouji Seo chez Pika Edition, mais le confinement en a décidé autrement, et les projets autour de l'auteur ont été quelque peu contrariés En attendant en août la fin de Fûka et en septembre l'arrivée de Hitman, c'est donc finalement avec Half & Half que l'on retrouve d'abord le mangaka dans nos librairies ce 1er juillet.

Half & Half, c'est l'histoire de deux âmes condamnées à vivre ensemble... du moins, pour une poignée de jours. Quand Shinichi, une jeune étudiant, marche dans la rue comme d'habitude, il ne s'attend certainement pas, la seconde d'après, à mourir écrasé sous le corps de Yûki, une jeune fille d'à peu près son âge qui vient de se suicider en se jetant du haut d'un toit. Pourtant, tous deux se réveillent dans un endroit tout blanc, entendant une voix se présentant comme Dieu et finissant par leur déclarer qu'il veut bien les faire revenir à a vie, mais uniquement pour une durée d'une semaine. A l'issue de ces 7 jours, l'un(e) d'entre eux devra mourir, et ils ont ce laps de temps pour décider qui décider lequel d’entre eux pourra vivre. Durant cette période, ils devront tout partager, sans pouvoir s’éloigner l’un de l’autre...

Half & Half est une oeuvre un peu à part dans la carrière de Kouji Seo: c'est avec ce récit, initialement une histoire courte, que le mangaka a débuté sa carrière en 1996, en remportant grâce à elle le Prix du meilleur premier shônen de Kôdansha. 16 ans plus tard, plus précisément de 2012 à 2015 (donc parallèlement aux derniers tomes d'A town where you live et des tout débuts de Fûka), l'auteur a décidé de lui offrir un remake plus élaboré en deux volumes, qu'il a prépublié à rythme assez lent dans le Bessatsu Shônen Magazine et le Magazine Special de Kôdansha, et c'est ce remake que l'on découvre ici. En plus de cette place un peu spéciale dans la carrière de Seo, Half & Half est une oeuvre parfois vantée pour son côté un peu plus mâture et tragique dans la bibliographie du mangaka, donc on ne peut qu'être curieux de voir ça quand on sait à quel point l'auteur peut être bon quand il s'adonne à des choses plus sérieuses, mélancoliques et dramatiques (aaaah, le tome 4 de Fûka, le volume 11 d'A town where you live). Mais on sait aussi à quel point le mangaka peut très vit s'égarer dans des choses lourdes et inutiles ainsi qu'un humour bien beauf... Alors va-t-il savoir éviter ses écueil habituels ici ?

Le moins que l'on puisse dire est que le tout début n'est pas du tout engageant. Après un départ très rapide où il ne faut que quelques pages avant la "résurrection" de nos deux héros, il ne faut vraiment pas attendre longtemps avant que tous deux agacent: Yûki n'a soudainement plus envie de mourir alors qu'elle a tué Shinichi en se suicidant puis somme le jeune garçon de mourir, ils se crêpent le chignon et envisagent de tuer l'autre avant même de vraiment se parler, Shinichi ne pense même pas à demander à la jeune fille pourquoi elle a voulu se suicider... Bref, ils font tout dans le désordre, apparaissent franchement antipathiques et têtes à claques dans les premières dizaines de pages, et comme si ça ne suffisait pas le mangaka décide de balancer après à peine 30 pages l'un des moments d'humour/fan-service beauf mal amené dont il a le secret. En somme, là où on attendait une histoire plus touchante, on a tout d'abord envie de referme le bouquin dès le premier chapitre... mais fort heureusement, la suite finit quand même par montrer un peu plus d'intérêt.

Car bien sûr, une fois ces premiers instants agaçants passés, nos deux héros vont devoir se faire à la cohabitation ensemble, et découvrir tout ce que ça implique. Ils ne peuvent pas s'éloigner l'un de l'autre de plus de quelques mètres sinon leur coeur s'arrête (ce qui sera forcément gênant pour plusieurs choses du quotidien,le prétexte étant tout trouvé pour le fanserv made in Seo, mais pas que), ils ressentent toutes les douleurs physiques de l'autre (par exemple, si l'un reçoit une claque, l'autre la sent aussi... donc si l'un tuait l'autre, sans doute mourraient-ils tous les deux) mais aussi ses douleurs psychologiques et ses émotions (ce qui est plus le cas pour Yûki que pour Shinichi... mais il y a une raison qu'on finit par découvrir en même temps que le jeune homme)... En somme, ils partagent vraiment tout, ce qui leur permettra inévitablement, et sans forcément le vouloir au départ, de mieux se cerner et de mieux se comprendre. Entre autres, au-delà des choses les plus évidentes comme leur ressenti en étant tous deux trahis par leurs plus proches amis, ils sauront aussi se cerner plus en profondeur: toutes les émotions que ressent Shinichi en dessinant, le fait que Yûki soit très renfermée concernant sa propre personne mais qu'elle ressente en réalité beaucoup d'empathie pour autrui... ce qui finit quand même par les rendre un peu plus attachants et par donner envie de voir la suite de leur parcours commun.

Qui plus est, Seo ponctue le tout de quelques thématiques assez sérieuses: échec dans les études, pression parentale, adultère, manipulation amoureuse, fausses amitiés, vieillesse... C'est souvent très rapide, voire très cliché et amené sans la moindre finesse (entre autres l'adultère - quelle bonne idée de se taper la copine de son pote sans fermer la porte de son logement - ou les manipulations du coach), mais certains de ces instants touchent très facilement (à l'image du passage avec la grand-mère atteinte d'Alzheimer de notre héros).

Visuellement, quand on aime le coup de crayon de Seo, eh bien c'est ici on ne peut plus efficace. Dans sa narration l'auteur est très rarement fin, mais dans son trait il sait livrer des personnages assez réussis, des silhouettes féminines pleines de charme dans les instants appuyés de fan-service, et des décors assez immersifs quand bien même il s'agit le plus souvent de photos peu retravaillées.

Commençant de manière irritante pour finalement gagner petit à petit un peu plus en intérêt, ce premier volume de Half & Half est bien en deçà de ce que l'on pouvait attendre d'un récit censé être plus mature et dramatique dans la carrière de Seo, mais il n'est pas à jeter pour autant. Le mangaka n'est pas franchement finaud dans son abord des choses, va un peu vite dans certains moments prometteurs tandis que d'autres sont d'une lourdeur effarante, et rend ses personnages parfois trop demeurés voire pas très logiques, mais il y a aussi ce concept intrigant ainsi que quelques instants beaucoup plus touchants qui donnent facilement envie de découvrir la suite et fin dans le deuxième volume... en espérant que celui-ci saura donner un gros coup de boost à ce récit pourtant intrigant sur le papier !

Cette chronique ayant été faite à partir d'une épreuve numérique non-corrigée fournie par l'éditeur, pas d'avis sur l'édition. Soulignons quand même la présence, entre les chapitres, de quelques pages bonus s'amusant à comparer vite fait certaines différences entre l'histoire courte initiale de 1996 et ce remake, pour un résultat tantôt intéressant (ne serait-ce que pour voir à quel point l'auteur a évolué visuellement) tantôt anecdotique.
   

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

11.75 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News