Dropkick on My Devil! - Jashin-chan Dropkick - Actualité anime

Dropkick on My Devil! - Jashin-chan Dropkick

Critique de l'anime : Dropkick on My Devil! - Jashin-chan Dropkick

Publiée le Vendredi, 05 Octobre 2018

Jashin-chan Dropkick est un anime à mi-chemin entre Miss Kobayashi’s Dragon Maid et Monster Musume, en beaucoup plus sanglant. Il met une scène une petite Lamia qui tente par tous les moyens de tuer sa maitresse, une adorable gothique lolita.


Mais autant le dire tout de suite, si vous n’aimez pas les séries sans queue ni tête, Jashin-Chan Dropkick ne sera pas fait pour vous car le principe de la série repose uniquement sur ces punitions. A quand la suivante ?

La violence de cette série est totalement ridicule et exagérée. Même si les scènes sont censurées, les sous-entendus sont suffisants pour comprendre ce qui se passe. Tronçonneuse, mixeur, couteau, Urine redouble d’audace à chaque fois qu’il s’agit de punir la mignonne créature qui lui sert de maid.


En ce sens, il n’y a pas d’histoire. L’anime débute sans explications sur le contexte. Les personnages ne sont pas introduits mais un rapide coup d'œil sur leur manière d’agir suffit à déterminer ce qu’ils sont. Parfois, le diable, en tant que narrateur apparait sans crier gare. Pourquoi pas.

Quand l’anime cherche à creuser un peu, cela vire progressivement à la catastrophe. La faute aux backstories trop longues et peu intéressantes. Finalement, les demoiselles brillent davantage sans détails et sans approfondissements. Pour une série comme celle-ci, le manque de développement n’est pas forcément une mauvaise chose, bien au contraire !


Jashin et Urine ont, logiquement, des caractères plus travaillés. La première affiche un égo surdimensionné qui serait insupportable si la seconde n’était pas toujours en train de la trucider. La série se rapproche ainsi de Gabriel Dropout même si cet anime, bien mieux pensé, verse davantage dans la violence verbale plutôt que physique.

Avec des personnages pareils, les répliques et les actions sont très limitées. Les différents protagonistes ne changeront pas de manière d’agir ce qui donne un côté répétitif aux scènes. Si vous avez décidez d’enchainer les épisodes, cela pourrait être problématique mais à raison d’un par semaine, la série passe crème.


La qualité visuelle aide aussi beaucoup. Le niveau est étonnamment élevé, d’autant plus que Nomad est un jeune studio. Non seulement les mouvements sont beaux et fluides, mais les chara-design sont particulièrement agréables à l’œil.

L’apparence très Moe, colorée et amusante se marie parfaitement aux séquences les plus sanglantes du show. Le contraste est saisissant et renforce la comédie.


Par ailleurs, l’anime pourra plaire à ceux qui aiment tout particulièrement dénicher les références. On y retrouve des animes cultes comme Food-wars, l’Attaque des titans ou encore Pop Team Epic grâce à la Lamia qui, visiblement, aime se cosplayer. Si l’idée n’est pas très originale, ces courtes scènes surviennent souvent dans les moments les plus inattendus et nous font sourire.


En conclusion, si cette série est appréciable, du début à la fin, elle ne fera malheureusement pas partie de celles dont on se souviendra à l’avenir. Mais vous avez du temps devant vous et que vous avez besoin d'un peu de répit, Jashin-chan Dropkick pourrait bien faire l’affaire.

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Zebuline

12 20
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News