Dragon Quest - The adventure of Dai


Age conseillé
Note des lecteurs
12.5/20
Partager

Synopsis

Il fut un temps où le monde était sous l'emprise de Hadlar, le seigneur du mal, jusqu'à ce qu'un héros ramène la paix. Depuis, le temps a passé et les monstres libérés de l'emprise du seigneur démoniaque vivent en harmonie sur une petite l'île, Dermline. Le jeune garçon Daï est le seul humain habitant cet endroit et il souhaite devenir un héros à son tour. Tout bascule lorsque Hadlar est ressuscité ! Une promesse, des rencontres, un destin inéluctable... Daï commence une grande aventure afin d'être un héros et ainsi sauver un monde prêt à basculer de nouveau dans la terreur !

Thèmes

Les points forts de la série

L'histoire est tirée d'un manga écrit par Riku Sanjô, dessiné par Kôji Inada et supervisé par le créateur de Dragon Quest, Yûji Horii. Le manga a été publié dans les pages du Weekly Shônen Jump entre 1989 et 1996 (édité notamment en France par Tonkam).

Dernières news


Voir les actualités du DVD

Les images de Dragon Quest - The adventure of Dai


Voir toutes les images du DVD

Regarder les épisodes en streaming de Dragon Quest - The adventure of Dai

Episode #16 – L'Archimage Matoriv

Nos amis sont sauvés par Matoriv, un Archimage qui fut un compagnon d'Avan, et vit désormais reclus dans une grotte.


Voir l'épisode en streaming

Personnages


Voir tous les personnages de l'anime

Anime en relation

Derniers commentaires

15/20

11ème épisode qui correspond aux 20 % restants de l'épisode 20, du 21 et 22ème épisode ainsi que probablement les premières secondes du 23ème épisode de la série de 1991.

 

Hyunckel à l'épée démoniaque.

 

Passages retirés et/ ou ajouté.

Retirés: 

1) Durant le flashback, Avan qui taillade les gardes d' Hadlar.

2) Les coups dépée dans le vide de Hyunckel quand il est sous l'emprise d'illusions.

3) Des répliques comme quand Dai se dit que chaque adversaire a toujours un point faible et demande à Hyunckel de se retourner quand il lui lance un Mera.

4) Des séquences de combat à la lame entre les deux disciples d 'Avan et quand Crocodine sort de la boule régénératrice.

5) Les coups de poing de Hyunckel à Crocodine qui tente de le retenir.

 

Ajout par rapport à 1991:

Maam qui ramasse le pendentif jeté par Hyunckel.

 

Différences entre 1991 et 2020:

1) Le sang sur la bouche de Maam absent en 2020.

 

2) Les jambes de Maam quand elle braque Hyunckel.

91: Elles tremblent.

20: Restent stables.

 

3) Le rendu du sort d'illusion du pistolet magique.

91: Sombre avec une petite armée d'hologrammes entourant le légat.

20: Rose avec moins de répliques mais avec des postures plus variées encerclant aussi leur cible.

 

4) La couleur de la technique de l'emprise des ténèbres.

91: Traits rectilignes blancs.

20: Charge violette.

 

5) Lapparition de Garuda.

91: Par le tube magique.

20: Par les airs quand Crocodine l'appelle.

 

6) L'écoulement de la journée lors de la fuite des héros.

91; Le soleil se couche.

20: Il doit faire encore jour (je crois) malgré un ciel couvert.

 

A peu près tout ce que j'ai retenu le reste ne m'a pas sauté aux yeux.

Différence relevée entre le générique du 11ème épisode et de ses 10 prédécesseurs, les tenues du trio mises à jour à la fin de l'opening par rapport au moment de l'aventure.

 

Mon avis.

Episode grandement fidèle à leurs équivalents de 1991 malgré quelques coupures et censures.

Les épisodes 21 et 22 de la précédente série étaient exquis, ici regroupés 2 en 1 ne pouvaient que donner un épisode riche, fouillé, renversant et émouvant.

On en apprend plus sur le passé du légat des immortels, pourquoi il éprouve une telle haine envers son mentor.

Quand il revêt son armure, un grand moment bien que je préfère la séquence de 1991.

Sa technique personnelle mise au point dans le but de tuer son précepteur le Bloody Scraid. 

En 1991 son impact était plus explosif, en 2020 malgré sa puissance moins impressionnant pour les yeux on va dire.

Quand je lisais la 1ère édition J'ai Lu elle était traduite par Bloody Sukuraido.

L' appellation VF de la série de 1991 sonne mieux elle se nommait la punition de l'immortel, le traducteur de l'époque avait trouvé un nom qui retentissait puissamment et terriblement accrocheur.

Dans la VO de 1991 quand Hideyuki Hori l'exclamait la classe qu'il avait dans sa prononciation.

Le désespoir des héros face à un ennemi trop puissant et impitoyable et surtout l'aide de quelqu'un qui il n' y a pas si longtemps voulait les nuire.

Au sujet de Crocodine très bouleversant derrière cette armoire à glace et redoutable guerrier se câche une âme sensible dont la vertu guide désormais son existence.

On compatit pour lui à peine partiellement remis de ses blessures il déguste encore plus perdant davantage de sang qu' à Romos, ce que beaucoup retiennent surtout ce sont ses larmes et ses paroles envers son confrère touchantes souhaitant se réincarner en humain dans sa prochaine vie avant de perdre connaissance.

 

Hyunckel derrière sa férocité et sa violence daigne quand même soigner son interlocuteur aux portes de la mort. Un méchant pas si ordurier contrairement à un autre général.

 

Un tout petit peu dommage ils aurait dû arrêter comme en 1991 histoire d'entretenir le suspense, on ne savait pas si l'homme qui venait à la rencontre des deux qui s'étaient échappés était un allié ou un ennemi.

Dans cette version pas le temps de douter.

 

Les +:

- Hyunckel et tout ce qui se rattache à lui, son histoire, son armure, ses attaques, son tempérament.

- Crocodine quelle personnalité et nature imprévisible pour celui qui découvre ses intentions dans cet épisode.

25 piges en arrière je ne m'y étais pas attendu, une  agréable surprise qui mavait marquée à l'époque.

- La réalisation un bien bel épisode.

- Les seiyuu qui envoient du lourd, Yuki et Maeno ont la vedette ici.

- Le contenu tout simplement, de l'action mais pas que, les flashbacks indispensables à une bonne narration, le retournement de situation alors que tout semblait perdu, des dialogues touchants.

- Le montage de l'épisode bien maîtrisé dans l'ensemble.

 

Les -:

- Les répliques coupées et la censure (pas de sang sur la bouche de Maam).

- Les musiques aussi tôt écoutées aussi tôt oubliées.

- Pour pinailler, les traductions Slash Cieux ça a moins de gueule que la déchirure de l'air dans la VF de la série de 1991. 

A peu près tout au niveau des déceptions, pas grand chose à reprocher à cet épisode, le peu relevé tient du détail.

 

Ma note du 11ème épisode 15/20.

Et c'est mérité.

Incontestablement le meilleur des 11 premiers épisodes, le 5ème que j'avais noté 14/20 mais cause d'une maladresse s'affichait 15/20 à droite du commentaire était bien et fort en émotion cependant ne s'avère pas aussi savoureux que celui ci.

 

Je ne perds pas de vue que des événements encore plus géniaux et pas qu'un peu en quantité nous attendent sur le long terme.

Une sorte de plafond doit être installée pour garder un maximum de cohérence possible dans ma notation des épisodes.

 

Pas évident de garder la tête froide tant le plaisir procuré ne cesse de croître.

 

Fini.

Chronos

De Chronos [39], le 20 December 2020 à 23h59

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

13/20

10ème épisode qui correspond aux 40 % restants de l' épisode 18, le 19ème et 80 % du 20ème épisode de 1991.

 

En route vers le Papunica.

 

Passage retirés:

 

Assez peu des micro scènes comme quand les soldats de Romos débarquent sur Dremline et font sortir Blass du tube magique ou Zaboera qui se présente devant 2 gardes ou les images de Leona sur les ruines du royaume.

 

La grosse partie enlevée lorsque les héros se dirigent vers le sanctuaire intact repéré par Gome d'Or.

 

Les différences relevées pas en totalité:

 

1) Le cas Crocodine.

91: La dépouille de Crocodine repose dans un cercueil escortée par 3 fantômes.

20: Il faut regarder l'épisode 9 pour voir le faucon chercher Crocodine.

A croire que les studios ont envie de retirer tout symbole en référence à la chrétienté.

2) La réaction de Poppu face aux applaudissements:

91: Pop salue le public avec ses deux bras tendus faisant le V de la victoire et un genou levé.

20: Plus discret avec une seul main faisant le V.

 

3) La réaction de Poppu face au monstre marin:

 

91: Ses yeux sortent et il tombe à la renverse.

20: Il reste debout mais l'expression de son visage demeure moins défigurée.

 

4) Le chambrage envers Dai à propos de Leona:

91: Dai tapote Poppu qui lui tire la langue.

20: Poppu touche la tête de Dai.

 

5) La couleur des capes:

91: blanche pour Fly et noir pour Poppu.

20: rouge pour les deux. Personnellement j'aime bien.

 

Je le reconnais ça relève plus du détail qu'autre chose.

 

Mon avis.

Un épisode transitoire bien mené à part la grosse partie retirée.

Revoir la scène où 4 légats se rassemblent auprès de leur commandant un moment savoureux à l'image de la présentation par Hadlar des 6 régiments.

Les 3 voix pas encore entendues auprès du roi du mal ont du coffre. Leur physique pas en reste ça se voit qu'ils doivent posséder des pouvoirs importants voir terrifiants.

Myst Vearn lorsqu'il prend la parole  glace l'ambiance et surtout l'ardeur de Freeze, c'est sûr il cache son jeu, il semble le plus insaisissable de tous.

 

Celui vers qui tous les regards se tournent, l'énigmatique Hyunckel.

Dont la voix je la reconnais à des kilomètres celle du Santor de My Hero Acadomia.

Sans démériter je préfère quand même celle d' Ikki. Plus mature et plus subtile.

Pour en revenir au personnage les néophytes ont de quoi être intrigués.

Comment un humain a t il pu rejoindre les armées du mal et menait une extermination de son espèce?

De plus il avait suivi l'entraînement d' un héros et reçut son diplôme preuve qu'il était digne de servir la justice.

Pourquoi voue-t- il une haine à son mentor?

 

L'ironie dans la VF de 1991 c'est que c'est le même comédien qui prête sa voix au maître et à l'élève, l'entendre casser du sucre sur lui même fait un effet étrange.

Ce général a un profil intéressant le scénariste aurait pu aller jusqu'à créer un mort vivant à la tête des immortels et bien non il a placé un humain avec une personnalité forte.

Cela peut être assimilé à un contre pied.

 

En ajoutant un design réussi et une dextérité supérieure à celle de Dai mais lui n'avait suivi qu'un entraînement de 3 jours, alors que le légat sans doute beaucoup plus longtemps.

La différence d'âge et l'expérience au front ont aussi certainement pesé.

Quand il contre l' Avan Strash comme si de rien n'était alors que cette attaque avait blessé Hadlar et Crocodine mais la différence Fly l'avait éxécuté pendant que son signe apparraissait.

Ce qui n'enlève rien à la force de Hyunckel qui semble un adversaire encore plus balaise que les précédents.

Ses propos odieux envers celui qui lui a tout appris ne peut qu'hérisser les poils de Fly et de bien de téléspectateurs.

 

L'intrigue grimpe de deux ou trois paliers avec cet affrontement qui se dirige fortement vers une impasse pour le trio.

Leona a -t - elle survécu?

Comment Dai réussira à vaincre quelqu'un qui a neutralisé sa meilleure attaque?

Poppu et Maam resteront -ils passifs au combat?

 

La fin de l'épisode laisse un peu sur la faim mais il vaut mieux ça que trop charcuter.

 

Je reviens sur le gros bémol de l'excursion vers le lieu indiqué par Gomechan absente en 2020.

Ce qui était bien est qu'au début on pouvait penser que Hyunckel luttait contre les immortels puisqu'il les avait attaqués. Le fait qu'il accompagne les 3 aventuriers le plaçait au dessus de tout soupçon sauf celui de Poppu qui avait remarqué que quelque chose ne tournait pas rond chez lui en plus de son épée particulière.

Dans le présent épisode le voile se lève trop vite c'est vraiment regrettable. Le crypto suspense ou semi doute n'a pas duré.

La scène où Dai attaque un miroir dans l'obscurité et que Hyunckel lui fasse une réflexion sous les yeux consternés de Gome d' Or dommage de ne pas la retrouver.

Les mimiques de Poppu quand il voit Hyunckel faire surgir les morts vivants, sa dispute avec Maam où leurs têtes grossissent avec les répliques que Dai est traité comme un gamin et que le magicien confirme qu'il en est un provoquait un décalage burlesque avec le combat assez désespéré de Fly.

 

Rien qu'à cause de ça je n'arrive pas à apprécier à sa juste mesure l'épisode 10.

 

Les +:

- Une fidélité presque respectée par rapport aux épisodes de 1991.

- Les voix de Sigmund, Gai et Zabon le peu entendu laisse une énorme impression.

- La découverte de la carte du monde par les héros, 4 continents, 7 royaumes, on découvre en même temps qu'eux à quoi ressemble le Sekai de Dragon Quest.

- Les musiques, je crois que 2 nouveaux airs sont joués quand le commandant du navire de Romos explique la situation au Papunica, une mélodie inquiétante et celle triste lorsque Dai se désole des ruines laissées et de la disparition de son amie.

- Hyunckel, sa personnalité et sa force, tout laisse à penser qu'il n' a pas encore abbatu toutes ses cartes.

- Les plans façon Tactical RPG en vision large quand les héros font face aux squelettes et à leur chef, clin d'oeil sympa.

 

Les -:

- Le passage au sanctuaire retiré.

- Des dessins comme ceux d' Hadlar à la réunion pas suffisament soignés comme le pendentif de Santor sur certains plans on ne voit pas l'emblème du dieu du mal.

- Les mimiques hilarantes de Poppu et sa dispute avec Maam retirées.

 

Parenthèse les épisodes défilent depuis 2 mois nous en sommes déjà au 10ème qui correspond jusqu'au 20ème de la série de 1991.

 

A ce rythme au 23ème ou 24ème épisode la série actuelle aura rattrapé en narration là où s'était arrêté la précédente.

 

Je parie qu'entre le 23ème et le 28ème épisode nous aurons droit cette fois à ce qui aurait dû vraiment se passer au 46ème épisode de 1991 s'il n'y avait pas eu un arrêt prématuré de la série.

Evidemment je peux me tromprer mais à mon avis pas de beaucoup.

 

Si aucune interruption comme par exemple les dates du 26 décembre 2020 et le 2 janvier 2021, au printemps prochain des adversaires inédits apparaîtront pour le plus grand plaisir des anciens.

 

Bon ça y est je m'arrête.

 

Ma note du 10ème épisode: 13/20.

Chronos

De Chronos [39], le 16 December 2020 à 16h38

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

12/20

9 ème épisode qui correspond aux 3/4 restants de l'épisode 16, du 17ème et environ 60% de l'épisode 18 de 1991.

Qui conclut la bataille au royaume de Romos.

 

Passages retirés que je ne relève pas en totalité:

 

1) Le gros de la conversation entre Masopho et Poppu évaporé et la course du jeune magicien vers le château ponctuée de 3 flashbacks, le saut pour escalader le pont maintenu en l'air.

 

2) Gome d' Or veut s'interposer mais se fait frapper par Crocodine.

 

3) Les combats poursuivis entre les carnassiers et les soldats.

 

4) Des répliques comme par exemple quand Poppu se demande comment il va éviter de blesser Blass.

 

5) Les réactions exaltées de Gome d' Or quand Poppu explique à Crocodine qu'aucun élève d' Avan n'est un poltron, la reprise d'esprit de Blass et le discours de Poppu allongé louant Dai.

 

6) Le sang sur les bouches de Poppu et Crocodine.

 

7) Crocodine en tombant du château s'adresse une dernière fois à Dai.

 

Les différences entre 1991 et 2020 pas toutes relevées non plus:

 

1) Le montage des événements, une  inversion chronologique entre 2 scènes:

91: Maam neutralisée par Zaboera appelle Poppu qui l'entend et patiente assis sur un lit. Masopho débarque ensuite.

20: Masopho entre juste après que Poppu se dit qu'il se contrefout de ses amis. La scène où Maam est attachée au moment de soigner Dai se passe après les échanges entre les 2 magiciens.

 

2) 91: Masopho entre par le trou causé par Maam. Le gag quand il se fait mal en remontant la table.

    20: Passe par la porte. Pas de gag.

 

3) 91: Le butin plus important.

    20: Moins de collectes.

 

4) Le merazoma lancé:

91: Il brûle une dizaine de secondes Crocodine sous les yeux médusés de Gomechan et quand il s'extirpe des flammes certaines petites restent sur le genou gauche et bras droit de celui ci ainsi que des fumées un peu partout sur lui.

 

20: L'action de l'impact ne dure que 3 secondes et Crocodine reste épargné par des brûlures.

 

5) Quand Crocodine touche une 1ère fois Poppu:

91: Poppu se roule par terre et saigne de la bouche.

20: Pas de roulade et de sang.

 

6) Quand Poppu casse son sceptre sur Crocodine:

 

91: Il trébuche et Crocodine le piétine 7 fois violemment et son coup de pied qui l'est tout autant.

 

20: Après l'endommagement du bâton Crocodine attrape Poppu par la gorge et le fait tomber sur le ventre, il ne le piétine que 3 fois mais la distance entre son pied et le dos de Poppu s'avère raccourcie donc l'impact amoindri, rajout il transforme son dos en paillasson, même son coup de pied est plus une poussée pour retourner Poppu qu'un simple coup .

 

7) Le poing du Mahokator:

91: sur le sol et dome blanc transparent.

20: vers Blass et dome doré.

 

8) Dialogues censurés:

91: Dans la VF Blass et Maam supplient de prendre leur vie au lieu de celle de Poppu.

20: Blass implore simplement de ne pas tuer Poppu.

 

9) La lumière du réveil de Dai:

91: Dorée

20: Bleu

 

10) Le coup de hache sur Dai:

91: Horizontal.

20: Vertical.

 

11) La couleur du sang de Crocodine:

91: rouge et crache du sang découlant de sa bouche.

20: bleue mais la bouche de Crocodine reste clean.

 

12) Rajout par rapport à 1991, l' aigle vient chercher le corps de son maître et l'emmène dans la même direction que la fuite des bêtes féroces.

 

Les +:

- L'interprétation des seiyuu.

- La prise de vue de dos de Poppu et Dai apporte un autre angle du déroulé du combat.

- La réalisation, les décors de l'intérieur du château soignés.

 

Les -:

- Les passages  et dialogues coupés.

- La censure, moins ou pas de sang, une volonté de ne pas brutaliser Gome d' Or.

- Les musiques beaucoup moins bouleversantes que celles de 1991, proches de l'anecdotique.

 

Mon avis, paradoxalement je donne une note inférieure à celle de l'épisode précédent alors que sur le fond il vaut ou peut être considéré comme au dessus.

Les raisons? En comparant avec les épisodes de 1991, l' émotion n'égale pas celle procurée par l'ancienne série.

Ces épisodes faisant partie de mes préférés marquaient un tournant dans l'évolution d'un personnage. 

La qualité de l'épisode 16 de 1991 centrait sur l'expérience malheureuse de Masopho qui je pense à 99,99% était doublé par Jean Pierre Leroux et son conseil à Poppu de ne pas reproduire son parcours.

Presque pas de combat beaucoup de blabla pourtant ce qui le rendait exquis c'était la sorte de passage de relais. L'ambiance qui en émanait me prenait aux tripes. 

Le moment que ça soit en VO ou VF, Keiichi Nanba et Denis Laustriat m'avaient tous deux provoqué des frissons quand ils demandaient à Avan de leur prêter un 5ème ou un 10ème de son courage.

Et la musique à ce moment là tellement épique.

 

En 2020 pour ce même moment l'interprétation de Toshiyuki Toyonaga impeccable aussi mais le gros regret  pas de musique, de plus aucune dans cet épisode ne se hisse à celles de 1991, ce qui gâche indéniablement la saveur de l'épisode.

 

Dans l'épisode 17 de 1991, Poppu se met à pleurer et essuie ses larmes avant de s'adresser à Maam, un passage largement charcuté qui enlève un autre grand moment larmoyant.

Quelque chose qui m'a irrité dans l'épisode 9 de 2020, Poppu ne remercie même pas Masopho de son intervention à reprendre le droit chemin il se barre direct, même pas une reconnaissance? Un aligato suffisait.

En 1991 il prend son sceptre et se soucie de remercier son aîné. Au moins il renvoyait l'image de quelq'un de poli et reconnaissant.

Voilà ce que ça fait de compresser des épisodes.

Tous ces petits détails non retenus m'empêchent d' apprécier l'épisode comme ceux de 1991 parce qu'ils faisaient passer l'émotion.

 

Je trouve la ligne éditoriale de l'épisode trop pénalisée par des coupures et autres censures que je note en dessous de l'épisode 8 qui avait mieux géré l'équilibre de la condensation des épisodes équivalents en narration de 1991.

Le réalisateur et le scénariste auraient dû résumer cet épisode en deux au lieu d'un, on aurait mieux profité de ces moments riches en émotions.

Pour résumer en demi teinte.

 

Ma note du 9ème épisode: 12/20.

Chronos

De Chronos [39], le 08 December 2020 à 20h24

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

13/20

 

8ème épisode qui correspond au dernier tiers de l'épisode 13 enfin qui a subi une partielle purge, aux 14 et 15èmes épisodes et à peu près un quart de l'épisode 16 de la série de 1991.

 

L'attaque des carnassiers un moment trépidant quelle que soit l'adaptation.

 

Les passages retirés que je ne vais pas tout relever non plus:

 

1) L'épisode 13 de 1991 montrait les divers gags de Poppu durant leur chemin totalement enlevés.

 

2) Gome d' Or interpelle le maître d' hôtel pour une chambre de 4 invités et non 3.

 

3) Fly veut agresser les faux héros avec une chaise qui jurent qu'ils ont changé, les illustrations quand ils commettent leurs nouveaux méfaits ont disparu  et la grosse tête de Dai en colère c'est bien dommage il y avait un grôs côté comique. Les visages exagérément paniqués des quatre imposteurs faisaient bien marrer à l'ancienne. Hélas plus de réalisme semble être la norme.

Zulbon faisait toujours les yeux doux à Gome d' or et ses compagnons invitent le trio à dîner.

 

4) Les scènes de combats entre les soldats de Romos qui résistaient un peu mieux en tirant des flèches sur des bêtes et blessant certaines, des traces de sang dans les attaques des monstres.

Quand une grosse guêpe s'introduit dans le château elle est embrochée par une lance.

 

5) Adler est informé par un oeil au service de Zaboera que le royaume de Romos est attaqué assis sur son trône.

 

6) Sam secoue Poppu à deux reprises pour qu'il vienne aider Fly.

 

7) Blass frappe Gome d' Or en 1991, des flashbacks où il recueille et s'occupe de Fly, la scène où le bébé est sur la tête du magimol entre autre, quand il attaque celui ci avec Merami, le garçon esquive une 1ère fois.

 

8) Fly enseveli de flammes se roule quelques secondes par terre en criant de souffrance.

 

Les différences que je ne vais pas toutes citer aussi:

 

1) En 1991: il faisait encore nuit quand Crocodine se prépare à lancer son assaut

En 2020: c'est à l'aube.

 

2) Détail coquin:

- 91 Sam portait une culotte.

- 20 Elle porte un caleçon court.

 

3) 91: Le coup de Maam sur Poppu fait péter le mur.

    20: L'impact est moins dommageable pour le mur dégradé certes mais pas de trou.

 

4) Le sort de confusion de Blass:

91: le soldat victime voit des squelettes avec du sang au bout de leurs armes et blesse en faisant saigner ses collègues.

20: toute substance rouge disparait dans le réel et l'hallucination.

 

5) Le merami de Blass:

91: Fly esquive le 1er mais pas le second et la scène d'immolation dure un petit moment, les dégâts sont plus  flagrants avec des fumées sur le corps du garçon.

20: Dai se prend un seul Merami mais n'a pas de dommages aussi graves que sur la 1ère série.

 

6) Le coup de genou et le coup de Crocodine sur Fly:

 

91: Il se marre et son second coup fait saigner Dai de la bouche.

20: Il  montre un regain d' agressivité et son coup projette Fly moins loin qui ne saigne pas de la lèvre.

 

7) La réaction  de  Poppu à la déflagration de la désolation du roi des carnassiers:

 

91: Il s'abrite sous une table tandis qu'un lampadaire lui tombe aussi dessus.

20: Reste debout et se tourne vers la fenêtre ouverte.

 

 

Rajout:

 

Quand Hadlar marche en s'interrogeant sur l'aide de Zaboera, il dit de lui qu'il est de lui le plus retors et cruel des généraux avec la mise en apparition de son visage sournois.

 

Les musiques à part celle pendant que Sam sermonne le magicien qui ne vaut pas celle utilisée de 1991, le reste ne m'a pas paru folichon.

 

Ce que je retiens de l'épisode, par rapport à son prédécesseur à ambiance calme, bien plus d'action, le retour de la CGI pas complètement convaincant, de la tension de part et d'autre, malheureusement des passages purgés que ça soit en humour et en violence, des coups bas propres à la série pour l'époque et un cliffangher bien placé. On ne s'ennuie pas une seconde.

 

Les +:

- L'interprétation passionnée de Maeno Tomoaki

- Pas encore irréprochable mais un certain équilibre dans la condensation des 4 épisodes ou bout de ceux ci de 1991 s'approche d'un compromis le moins lourd possible.

- L'intrigue en elle même, la malveillance et les manigances de Zaboera ajoutent du sel à un manichéisme parfois trop commun.

 

Les -:

 

- Les passages, l'humour et le sang retirés.

- La violence largement atténuée sur le coup de Maam et les brûlures du Merami.

- Les musiques pas à la hauteur de l'événement.

 

Ma note du 8ème épisode: 13/20.

Chronos

De Chronos [39], le 24 November 2020 à 17h59

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?

11/20

7 ème épisode qui correspond aux environs des 5 %  restants de l'épisode 11, du 12ème et 2/3 de l'épisode 13 de 1991.

 

En début d'épisode les néophytes seront surpris que le pistolet magique ne sert pas qu' à blesser.

 

Comme à leurs habitudes les individus en charge de la réalisation n' épargnent pas les coupures et autres petits changements, on assiste même à un remontage des événements.

 

A propos des passages retirés:

 

1) Les flashbacks sur la folie qui a gagné les monstres de Dremline dont Gome d'Or avait échappé pour expliquer le maintien de son état normal hors de l'île, le passé des parents de Maam, l'entraînement de celle ci auprès du héros dans le maniement de lance, le combat à mains nues et le sort de soin sur un faon blessé.

Tout ça enlevé dommage.

 

2) Les deux invités du villages déjeunent chez Maam, ça ne dure que quelques secondes en 1991 mais voir les héros se restaurer les rendait plus épicuriens.

 

3) Adler apprend par un oeil démoniaque ce qui est arrivé à son subalterne.

 

4) Quand Crocodine se déchaîne à son refuge tous les carnassiers évacuent illico presto, on voit la tanière de l'extérieur se vider de ses occupants à vitesse grand v. 

 

5) La discussion sulfureuse avant le coucher.

 

Les petits changements je ne vais pas tous les relever:

 

1) En 1991 Blass se trouve sur une falaise, en 2020 sur une plage.

 

2) En 1991 visiblement tous les villageois étaient présents au village, du moins dans la VF Sam ne mentionne pas que les hommes étaient partis protéger le royaume de Romos,

ce qu'elle évoque clairement en 2020.

 

3) Zaboera murmure à l'oreille de Crocodine qui veut le frapper en 1991, en 2020 pas de murmure ni de coup mais une ellipse.

Ce que j'ai bien trouvé de la part du scénariste ou des monteurs c'est qu'en 2020, on ne voit pas si Crocodine accepte le petit cadeau de son interlocuteur ça laisse entrevoir un semblant de doute ou de léger suspense alors qu'en 1991 il le prend dans sa main droite. Bon point.

 

4) En 2020, rajout d'une scène où Fly dans une seconde tentative de Mera lui donne un coup de pied vers un petit rocher.

 

5) Rajout aussi  de dos Maam verse une larme dans sa chambre.

 

6) En 1991 avant leur départ Fly et Poppu tiennent la main de Maam, le magicien lui dit qu'ils reviendront, l'ancien qui avait un peu entraîné Fly fait des gestes brusques pour prouver qu'il avait retrouvé la forme puis se fait mal, quand Maam rejoint le groupe juste après que Gomechan et Poppu se disputent sur la bonne direction, Fly et Poppu sautent de joie, pas de dialogue.

 

En 2020, pas de main tenue par les deux voyageurs, ils se barrent plus vite, pas de geste brusque de l'ancien, quand Maam rejoint les deux aventuriers, les réalisateurs ont insisté sur la joie de Poppu et le chambrage de Fly, elle leur adresse un discours qu'elle est leur aînée et veut reprendre le flambeau de leur maître.

 

Ce qui est amusant est que l' ending peut ici être vu comme un prolongement de l'épisode.

 

Le remontage:

 

- En 1991 l'intervention de Zaboera se passe après que Fly révèle au doyen du village la disparition d' Avan,

  en 2020, elle est montrée après que Dai rit de Poppu de la différence de traitement de Maam.

 

Le doublage:

 

On entend la voix d'un second général celui à la tête du régiment bizarre (dans la VF de 1991) Champa le dieu de la destruction de l'univers 6 alias Mitsuo Iwata qui n' a pas à rougir de l'ancien comédien qui tenait le rôle.

 

Pour la probable VF de 2020 que Stéphanie Murat incarne à nouveau Sam, sa voix regorgeait de charisme et reflétait vachement bien sa personnalité à l'époque.

 

Je le répète Jean François Kopf jouait énormément bien la colère de Crocodine en 1991, il doit lui aussi reprendre son rôle.

 

Le remplacement du regretté Claude Nicot pour la VF de 2020 pour le personnage de Zaboera, ils devront trouver un comédien à la hauteur.

 

Les musiques au septième plan tant elles me paraissent indifférentes.

 

Je ne pouvais pas finir mon commentaire sans parler d'un choix artistique clivant la CENSURE ou plutôt l' AUTOCENSURE.

Deux gros bémols à signaler:

 

1) A l' instar de Dragon Ball Kai quand Goku se retrouve transpercé par le makanko sappo, pas de trace de sang sur sa blessure.

 

La politique d'épuration de scène d'hémoglobine poursuit son chemin.

 

Les monteurs et le scénariste ont fait preuve de malice pour cacher l'entaille de la dague de Dai sur l'oeil gauche de Crocodine en montrant la prise de vue en bas du dos  de Crocodine incliné vers le ciel.

Curieusement pas une goutte de sang ne découle de la cicatrice à croire que Crocodine en soit dépourvu.

 

Je ne demande pas des effusions de liquide rouge à la Bersek juste un peu plus de réalisme dans les séquelles.

 

2) Enfin les fameux gouzi gouzi de 1991 m'apportait des barres de rire à l'époque, quitte à faire passer Poppu pour un obsédé un peu de légèreté ne pouvait pas faire de mal et je crois que ce qui rendait le personnage attachant, c'est que beaucoup d'ados lambdas pas le plus souvent à l'apogée de leur assurane auprès de la gente féminine pouvaient s'identifier à lui en plus de ses autres défauts.

 

Je crains que Matorif subisse les affres de ce puritanisme trop envahissant voir inquisiteur.

 

En conclusion, un épisode qui se laisse regarder, ça fait du bien de voir les héros souffler, de voir leur relation évoluer, qu'on s'attarde un peu (vite) sur le passé d'un personnage contrairement à l'épisode précédent qui outrepassait celui de Poppu.

Les moments supprimés et la censure gâchent pas mal mon appréciation s'ils avaient conservé une version plus fidèle de la série précédente j'aurais mis un 13/20.

Je me contenterai de deux points de moins.

 

Ma note du 7ème épisode: 11/20.

Chronos

De Chronos [39], le 19 November 2020 à 23h54

Avez-vous trouvé ce commentaire utile ?


Voir tous les commentaires
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News