no flash plugins detected

Starship Troopers - Invasion

Critique du dvd : Starship Troopers - Invasion

Publiée le Mardi, 22 Septembre 2015

Près de 15 ans après la sortie du film original réalisé par Paul Verhoeven, la franchise Starship Troopers continue sa voie. Avec deux films live sortis respectivement en 2004 et 2008, est apparu en 2012, une nouvelle production non pas américaine, mais bien japonaise : Starship Troopers Invasion, réalisé entièrement en images de synthèse.

Mais ce changement dans l'approche cinématographique de la série est-il bénéfique ou bien contribue-t-il à la dévaloriser une fois de plus ?

"Voulez-vous en savoir plus ?"

Situé chronologiquement après les événements des trois premiers films, Invasion nous emmène au cœur de la zone de quarantaine arachnide pour une mission de sauvetage du Fort Casey, récemment envahi par les parasites. Un vaisseau de la fédération, l'Alésia, emporte à son bord une équipe de francs-tireurs prêts à en découdre pour sauver le plus de soldats possibles, en plus de traduire un criminel de guerre devant les tribunaux : Henry Varro, dit Hero. Dans leur tâche, nos roughnecks sont de plus épaulés par un navire de guerre autrement plus massif, le John A Warden, piloté par la belle Carmen Ibanez.

Seulement, dans le feu de l'action, un événement va changer la donne pour la petite escouade de durs à cuire. Le ministre de la division paranormale, Carl Jenkins, a en effet une mission top secrète à mener à bien avec le John A Warden et procède ainsi à une réquisition avec effet immédiat. Impuissants, les survivants assistent alors au départ du vaisseau tandis que leurs camarades continuent de se faire massacrer sous leurs yeux…

Heureusement, grâce à l'action de la jeune Trig, les valeureux hommes et femmes de la fédération arrivent à s'en sortir et à s'enfuir de Fort Casey. Mais leur périple ne fait que commencer : le général Johnny Rico a donnée l'ordre de poursuivre le John A Warden dans la nébuleuse afin de découvrir ce qui se trame à son bord. Et il se pourrait bien que l'humanité toute entière en fasse bientôt les frais…

Citoyenneté garantie !

Première création du studio SOLA Digital Arts, Starship Troopers Invasion n'est en revanche pas la première incursion de la série dans le domaine de l'animé (la série d'OVA Uch no Senshi de Sunrise) et encore moins de l'image de synthèse : entre 1999 et 2000, une série animée de 36 épisodes -Roughnecks : Starship Troopers Chronicles- a en effet été diffusée aux États-Unis, et servait en quelque sorte de préquelle au film de Paul Verhoeven. Cependant, le niveau graphique était alors très loin d'atteindre celui d'un Toy Story, avec des animations qui passeraient aujourd'hui pour de mauvaises cinématiques d'un jeu PS one. Ça n'est pas le cas pour Invasion, très loin de là.

D'une durée de 90 minutes, ce film est dans la veine des dernières productions direct-to-DVD que l'on observe depuis quelques années (Final Fantasy VII : Advent Children, Resident Evil : Degeneration, Tekken : Blood Vengeance) et même au-delà si l'on considère le travail magistral effectué sur les textures métalliques, certainement bien aidé par l'expérience du réalisateur Shinji Aramaki (et du producteur Joseph Chou) sur les deux Appleseed et le récent Halo Legends. Les soldats portant quasiment constamment des armures intégrales tout le long du film, on ne pourra pas s'empêcher de penser de temps en temps à la célèbre franchise de Microsoft. Mais heureusement, les infographistes n'ont pas seulement bossé sur ce seul point, et les textures de peau humaine sont par moment assez bluffantes.

En revanche, on sent bien que la production ne s'est pas faite en performance capture (la technique utilisée dans Avatar et le prochain Beyond de Quantic Dream), qui enregistre le jeu du corps et de la tête des acteurs en une seule fois plutôt qu'en séparé. Résultat, certaines expressions faciales ne suivent pas le langage du corps lors des quelques scènes sans armures. Dommage.

Pour la Fédération, Je Donnerai ma Vie !

Là où le Starship Troopers original offrait un savant mélange d'humour noir et de Vietnam spatial, ses suites ne sont jamais parvenues à égaler ce cocktail si particulier. Starship Troopers 2 : Héros de la Fédération troquait l'ironie contre un premier degré grossier sur fond de huis-clos sanglant, pillant le génial The Hidden avec Kyle MacLachlan. Un désastre. Starship Troopers 3 : Marauder remonta quant à lui la barre plus haut, grâce à l'apparition de Casper Van Dien (Johnny Rico) au casting, mais reste une série B avec de grands moments de n'importe quoi (LA chanson du Sky Marshal Omar Anoke).

En 2012, pour changer, Starship Troopers : Invasion fait dans le sérieux, et ça lui réussi plutôt bien. Exit l'humour gras, adieu les références politiques potaches, bienvenue dans l'action pure et dure où les douilles de balles pleuvent sans arrêt, les soldats sont tous baraqués et les filles ont des poitrines parfaites. Bref, du fan service, mais du bon fan service qui reprend les trois protagonistes du premier film en les intégrant dans un scénario cohérent, à défaut d'être totalement original. Quinze ans d'attente pour une suite décente, ça peut faire long, mais aux regards du récent The Thing, c'est une goutte d'eau. Il est d'ailleurs dit que si le film est un succès commercial, d'autres aventures pourraient bien suivre avec la même équipe créative. Une nouvelle plutôt bonne, si jamais Casper Van Dien et Edward Neumeier restent à leurs postes de producteurs exécutifs. Pas sûr, mais le duo Shinji Aramaki / Joseph Chou marche bien depuis bientôt dix ans donc pourquoi pas ?


Par Gorkab Nitrix

Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Manga-News

16 20


Note de la rédaction





MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News