Samurai Champloo Intégrale Slim - Actualité anime

Espace Membre

inscription identifiants oubliés ?

Dvd - Volume

Samurai Champloo Intégrale Slim

Age conseillé
12+
Note de la rédaction
Note des lecteurs
Price
24.99 €

Mugen et Jin sont deux rônins (samouraïs sans maîtres) que les styles et les valeurs opposent. Le premier, bien que très fort avec une épée dans les mains, est impétueux et fait étalage de techniques de combat non conventionnelles. Le second est, quant à lui, l’archétype du samouraï expérimenté qui se réfère sans cesse au Bushido. Leurs destins vont se lier à celui de Fuu, jeune serveuse qui vient de perdre son travail à la suite d'un combat impliquant les deux rônins et qui a détruit le salon de thé qui l'employait. Celle-ci les convaincra de la suivre dans son périple, à la recherche du samouraï qui «le tournesol».


Highlight of the dvd:

Watanabe, revient avec « Samurai Champloo », une oeuvre au ton résolument moderne et un festival pour les yeux. Véritable prouesse artistique alliant un scénario impeccable à un graphisme exceptionnel, Samurai Champloo a été présentée comme la série de l'année 2004 et est rapidement devenue un phénomène au Japon en réussissant l'exploit d'être licenciée en dehors du pays avant même sa diffusion sur les écrans nippons.

Au Japon du XVIIIème siècle, Fuu est une jeune fille de quinze ans qui travaille dans une auberge. Un jour, de drôles de clients font leur apparition. Mugen, un voyageur peu commode et au style de combat très hasardeux, et Jin, un rônin d’exception, participent à une rixe dans l’auberge. L’auberge ayant fini par brûler dans l’incident et n’ayant plus de toit, Fuu demande à ces bagarreurs de l’aider : elle souhaite faire un grand voyage vers Nagasaki pour trouver le « samouraï qui sent le tournesol ». Et pour cela, elle a besoin d’escorte. Même s’elle n’est pas assez costaud pour les contraindre à accéder à sa demande, elle est néanmoins assez déterminée et rusée pour réussir à les embarquer là-dedans. Et c’est ainsi que ces trois personnages vont faire un long périple à travers le Japon…

Le réalisateur de la série, Shinichirô Watanabe, est très connu pour son premier bébé, Cowboy Bebop. Les médias qualifient d’ailleurs souvent Cowboy Bebop de western spaghetti à la sauce japanimation. Eh bien pourtant, même s’il n’est pas question de cowboys, c’est peut-être dans Samurai Champloo qu’on retrouve le mieux ce style cinématographique si particulier, et c’est pour cela que, malgré sa diffusion chaotique au Japon et le poids populaire de Cowboy Bebop dans la tête des spectateurs, Samurai Champloo se révèle être un animé très bien inspiré, et, peut-être, mésestimé.

Pourquoi un western spaghetti ? Dans la construction de l’histoire tout d’abord : comme pour Cowboy Bebop, Samurai Champloo est construit sous forme de petites intrigues, très souvent d’un épisode, parfois deux. À chaque intrigue, le trio de héros débarque dans une ville sur le chemin qui le mène à Nagasaki, tels des « étrangers » ou des « gringos », se pose dans une auberge comme John Wayne débarquerait dans un saloon, et surtout, fiche la pagaille en dégainant le sabre. La façon de « filmer » les séquences d’action sont également plutôt cinématographique, avec une « caméra » qui tremble pour montrer que ça bouge. On trouve également une certaine élégance dans les styles de combat, que ce soit le style académique de Jin, ou le n’importe-quoi de Mugen, qu’on peut rapprocher de la capoeira.

Et c’est là qu’on en vient à une autre qualité de la série, qu’on trouvait déjà dans Cowboy Bebop : les écarts anachroniques. Bien que nous soyons au Japon du XVIIIème siècle, on peut croiser la capoeira à travers les combats de Mugen, des bandes de taggers, des rappeurs, du base-ball… et bien sûr, le choix de la musique va dans ce sens, avec des thèmes très typés hiphop, composés par des artistes japonais et américains tels que Nujabes, Fat Jon, Shing02, … Le générique d’ouverture est d’ailleurs mémorable. C’est à la fois amusant et bien trouvé.

Question qualité de l’histoire, il faut aimer les successions de petites intrigues, c’est indéniable. Il existe bien évidemment un thème de fond, à savoir l’histoire du samouraï qui sent le tournesol, mais la majeure partie de la série est composée d’épisodes qu’on peut voir indépendamment les uns des autres (sauf s’ils sont en plusieurs parties, évidemment). Et si chaque histoire n’a pas de grosse ambition, tout est là pour divertir le spectateur comme il se doit : des histoires de clan, les femmes dans les maisons de passe, la présence des occidentaux sur le territoire, … le tout avec un peu de tension et d’émotion, mais surtout beaucoup beaucoup de fun. Certains épisodes atteignent même l’invraisemblable, mais on s’amuse vraiment. Et c’est en partie dû au superbe franc-parler de Fuu et Mugen, qui ne cessent de balancer les bonnes phrases aux bons moments.

Enfin, l’animation est de qualité supérieure, de même que le trait des dessins. Tout est fluide, il y a très peu de plans fixes, les personnages principaux sont beaux et stylisés, les personnages secondaires sont tout sauf bâclés, avec des têtes typiques de l’époque et des expressions appuyées pour produire un effet comique, les couleurs sont vives sans être tape-à-l’œil…

Concernant cette édition slimpack de Dybex, c’est une édition qui n’est pas très fournie en bonus/livrets/contenu de luxe, mais qui est largement suffisante pour apprécier la série à sa juste valeur, à un prix qui nous prouve que l’animation japonaise est tout-à-fait accessible contrairement à ce qui se dit. Le travail de l’éditeur sur les masters du DVD est d’ailleurs exemplaire : les menus sont fluides et agrémentés de la bande-originale de la série (une musique par menu ou écran, même celui des mentions légales), la qualité de l’image est à la hauteur de la beauté de la réalisation (c’est-à-dire excellente), et, le meilleur pour la fin, le doublage français vaut largement le coup d’oreille. Les répliques savoureuses de la série sont très bien retranscrites par les comédiens et permettent d’apprécier ce franc-parler dont il est question.

En bref, Samurai Champloo, c’est beau, fluide, fun, plutôt original, bien construit, et ça se rapproche du cinéma sous certains aspects. On ne peut pas faire de meilleures éloges que ceux-ci pour vous convaincre…


Raimaru


Suivre les commentaires du dvd

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation

Enigma

D'où vient cette réplique ?
Professeur, vous ne trouvez pas qu’elle est jolie, cette neige ?!
[ Voir la réponse ]

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News