Final fantasy Advent Children Complete - Blu-Ray - Actualité anime

Espace Membre

inscription identifiants oubliés ?

Dvd - Volume

Final fantasy Advent Children Complete - Blu-Ray

Age conseillé
12+
Note de la rédaction
Note des lecteurs
Price
19.99 €

Deux ans se sont écoulés depuis la victoire de Clad sur Sephiroth. Les habitants de Midgar ont pu reprendre leurs activités. Cependant, un mal étrange touche les enfants, un mal inconnu très certainement lié à l'apparition de trois personnages au physique rappelant celui de Sephiroth. Hostiles à l'encontre de Clad, celui-ci va tenter de connaître leurs origines et leurs buts.


Dvd Bonus:

Animé 2D dérivé du film (25’)
« L’épopée Final Fantasy » (20’)
Résumé de Final Fantasy VII (20’)
Les nouveautés Final Fantasy
Teaser du jeu « Final Fantasy XIII » (sous réserve)

Final Fantasy VII - Advent Children: Complete est la version longue du film Final Fantasy - Advent Children, sorti quatre ans auparavant. Cette version est inédite à l'édition Blu-Ray et compte 25 minutes supplémentaires, amenant la durée du film à 2h05.

Deux ans après la chute du Météore, le monde a commencé à se reconstruire. Tout le blâme a été rejeté sur la Shinra Corporation et cette dernière n'a plus son monopole industriel d'autrefois. Les gens se construisent désormais leur propre cité, Edge, non loin de l'ancienne Midgar abandonnée. Mais un nouveau fléau a fait son apparition depuis: les géostigmates, une mystérieuse épidémie rongeant les personnes contaminées. Ceux qui portent les marques du géostigmate deviennent des parias, rejetés par la société.

Les raisons de l'apparition de cette maladie demeurent mystérieuses. Certains pensent que la rivière de la vie a contaminé l'environnement. D'autres pensent que l'exposition à l'énergie Mako est en cause et en rejettent donc toute la responsabilité à la Shinra. Mais Rufus Shinra, le président de la corporation, lui-même contaminé, pense que la cause est toute autre: Sephiroth continue à vivre à travers la rivière de la vie et il se pourrait bien que cette maladie se soit répandue du fait de sa volonté. Pour combattre cette nouvelle menace, Rufus n'a d'autre choix que de faire appel à son ennemi juré d'autrefois: Cloud Strife.

Mais deux ans après avoir sauvé la planète, la vie de Cloud a bien changé. Il s'est désormais installé à Edge où il tient un bar avec sa compagne Tifa et deux enfants qu'ils ont pris sous leur aile: Marlène, la fille de Barret, et Denzel, un jeune orphelin contaminé par le géostigmate. Mais récemment, Cloud s'est éloigné de sa nouvelle famille. Envahi par le regret, il culpabilise de ne pas avoir été capable de protéger les personnes qui lui étaient chères et d'en être toujours incapable aujourd'hui. Depuis peu, il est lui aussi rongé par le géostigmate et il n'a plus ni la force ni la volonté de se battre. Cloud n'est plus qu'un être qui attend la mort, trop lâche pour oser se représenter ainsi devant Tifa et les enfants. Comment peut-il prétendre les protéger ou guérir Denzel s'il est incapable de se protéger lui-même ?

Au même moment, des "incarnés" de Sephiroth font leur apparition, menés par l'inquiétant Kadaj. Leur objectif est de retrouver les restes de Jenovah, la "mère" de Sephiroth, entreposés dans un lieu tenu secret par la Shinra. Une fois les conditions remplies, la réunion pourra enfin avoir lieu et Sephiroth reviendra en ce monde pour achever l'oeuvre qu'il n'avait pu accomplir deux ans plus tôt...

A l'origine d'Advent Children, on trouve bien évidemment Final Fantasy VII, véritable monument du jeu vidéo de l'ère de la première Playstation. Le succès phénoménal et la popularité internationale de ce titre qui ne se sont jamais démentis au fil des années ont engendré "Compilation of Final Fantasy VII", un ensemble de projets liés à l'univers de cette franchise. Parmi eux se trouvent de nouveaux jeux comme l'excellent Crisis Core sur PSP, des OAV dont un est justement inclus en bonus dans ce Blu-Ray, et enfin ce film.

Avant toute chose, il parait important de préciser que le film Advent Children se destine avant tout aux fans du jeu original, ceux qui l'ont terminé et qui connaissent bien son univers. Les spectateurs qui se lanceraient dans ce film sans rien connaître de Final Fantasy VII risqueraient de se retrouver vite perdus face à une histoire qui se repose beaucoup sur les acquis du jeu pour lancer son intrigue. Par chance, aujourd'hui, le jeu original est facilement accessible via le Playstation Store (pour les différentes consoles Playstation) ou la boutique en ligne de SquareEnix (pour les joueurs PC), ce qui n'était pas le cas lors de la sortie initiale du film en 2005. Le jeu était alors très difficile à se procurer et cela ne facilitait pas les choses pour les personnes qui avaient découvert les jeux Final Fantasy entretemps et qui étaient potentiellement intéressées par le film. Pour les autres, ceux qui avaient joué au jeu original à l'époque mais qui ne s'en souvenait pas totalement, un bonus appelé "Réminiscence of Final Fantasy VII" (également présent dans le Blu-Ray) permettait une petite remise à niveau sur les événements principaux du jeu.

Cela étant dit, passons au film en lui-même. Advent Children se déroule donc deux ans après les événements du jeu original. On se rappelle de cette fin très symbolique qui laissait un peu les joueurs dans le vague sur le destin des personnages et de la ville de Midgar. Le film commence donc par nous introduire le monde post-Météore à travers la cité d'Edge, le nouveau départ de l'humanité qui a abandonné l'ancienne ville de Midgar, ravagée par le Météore et contaminée suite au passage de la rivière de la vie. Car tout n'est pas non plus heureux dans ce nouveau monde: une autre menace est apparue sous la forme des géostigmates, une épidémie qui touche la population de manière assez importante.

Et c'est à partir de là que l'on commence vraiment à sentir la différence entre cette version "Complete" et l'ancienne. La version de 2005 d'Advent Children était avant tout un film d'action qui en mettait plein la vue mais où le scénario demeurait très secondaire et la narration totalement centrée sur le personnage de Cloud et son évolution, d'où un certain nombre de manques dans la narration. La menace des géostigmates était évoquée mais on ne la ressentait jamais vraiment, elle servait plutôt de prétexte à la lutte de Cloud contre Kadaj et ses sbires. Et le personnage de Denzel, cet orphelin recueilli par Cloud et Tifa qui servait à donner un visage aux effets de cette menace, n'était pas très développé et restait quasiment dans le décor. Les 25 minutes supplémentaires de cette version longue changent complètement la donne. Parmi les nouvelles scènes, la plupart concernent directement le personnage de Denzel dont nous découvrons un peu plus l'histoire et à travers les yeux duquel nous percevons la nature de l'épidémie et ses ravages au sein de la population au cours de scènes assez dégueulasses (si bien que ça ferait presque passer l'ancien montage du film pour une version censurée en comparaison). Le personnage y trouve enfin une véritable existence et son histoire se raccorde parfaitement aux enjeux du combat de Cloud, si bien que c'est le film entier qui prend une autre dimension et qui y trouve un tout autre sens.

C'est d'ailleurs là l'un des plus grands apports de cette version "Complete" qui ne démérite pas ce sous-titre: là où l'histoire du film était autrefois très floue, laissant souvent le spectateur dans le vague sur des éléments importants de l'intrigue, ici tout est beaucoup mieux amené, les éléments narratifs sont plus clairs et on saisit enfin pleinement les enjeux de l'intrigue qui en sort grandie, devenant enfin une suite à la hauteur de son illustre prédécesseur. Tous ces moments d'action qui s'enchaînaient sans trop qu'on comprenne la logique derrière sont désormais appuyés par une histoire digne de ce nom et l'ensemble a enfin trouvé sa cohérence. D'une oeuvre imparfaite, on est enfin passé à un film vraiment abouti.

L'évolution même de Cloud, qui était très ouverte aux interprétations dans la version initiale du film, profite énormément des scènes rajoutées. Là où on peinait autrefois à comprendre sa psychologie et certaines de ses réactions, tout devient désormais nettement plus clair, jusqu'à l'affrontement final avec Sephiroth qui bénéficie d'un final complètement retravaillé permettant de comprendre enfin comment notre héros a pu prendre le dessus mentalement sur son ennemi juré (superbe scène par ailleurs, très émouvante). Sa contamination aux géostigmates est également bien mieux traitée dans cette version où on ressent davantage sa souffrance et sa peine. Du coup, le personnage trouve une toute nouvelle cohérence qui permet au spectateur de profiter enfin pleinement de son évolution au cours du film.

Les autres personnages ne sont pas non plus en reste. Là où la version de 2005 les laissait souvent complètement au second plan pour se focaliser sur Cloud, ici beaucoup sont davantage travaillés et mis en avant, comme le personnage de Denzel (le changement est énorme) ou les membres de la Shinra. On se demandait par exemple lors du dernier acte d'où sortaient certains membres des Turks présumés morts jusque là. Dans cette nouvelle version, on s'attarde davantage sur leur sort, si bien que les événements s'enchaînent de manière bien plus cohérente et qu'on n'est plus si surpris par le retour qui entre dans l'évolution logique des choses. Par contre, ce qui ne change pas, c'est la réunion des héros du jeu au début du dernier acte qui sort toujours complètement de nulle part. Ne mentons pas, c'est un pur bonheur pour le fan de retrouver ces personnages et de voir s'allier face à un ennemi démesurément puissant, mais c'est surtout le plus grand moment de fan-service gratuit du film tout entier. Certes, l'héroïsme est bien présent, mais là où cette nouvelle version entendait justement palier aux défauts de l'ancienne en apportant une toute nouvelle cohérence au film, ce moment devient au final son vrai talon d'Achille en terme de narration, le seul qui n'a pas été rattrapé. C'est aussi le cas pour les matérias qui servent toujours franchement à rien, à part un clin d'oeil sympathique mais inutile à destination des joueurs. Tellement inutile en fait qu'on voit Marlène les jeter à la face des ennemis comme de vulgaires balles. Il est loin le temps où ces boules étaient les objets les plus importants du jeu, coûtant je ne sais combien de milliers de gils et dont les joueurs abusaient allégrement des pouvoirs lors des affrontements. Les temps ont bien changés...

Maintenant, concernant les scènes d'action, elles restent dans l'ensemble très fidèles à celles de la première version, toujours aussi rapides et frénétiques et magnifiquement mises en scène avec une réalisation très tape à l'oeil. Il y a parfois quelques modifications comme la fin de l'affrontement contre Sephiroth qui est inédite et d'une violence bien plus prononcée que l'ancienne version (qui était plus politiquement correcte), ce qui renforce encore un peu cette impression de voir une pseudo-version non-censurée du film. Pour le reste, les scènes d'actions étaient déjà le grand point fort de la version de 2005 et elles sont toujours aussi bluffantes visuellement, encore plus avec le passage à la Full HD qui renforce plus que jamais leur dimension grandiose et démesurée. On pouvait se poser la question car les cinématiques de jeu vidéo ne restent jamais révolutionnaires bien longtemps, souvent dépassées au bout d'un ou deux ans, mais force est de constater qu'Advent Children parvient encore à se maintenir au sommet dans ce domaine. Toutefois, cette impression de voir des cinématiques tirées d'un jeu vidéo demeure toujours très présente, fortement ancrée dans l'image et dans l'univers du film lui-même.

On retrouve aussi bien sûr les musiques du maître Nobuo Uematsu qui fait merveille encore une fois avec des reprises des thèmes originaux et de toutes nouvelles musiques, avec à l'esprit que la cité d'Edge se revendique comme la capitale du "rock n'roll". On se retrouve du coup avec un subtil mélange entre cette nouvelle direction musicale et les thèmes plus mélodiques du jeu original, une petite merveille qui fait plaisir à entendre et qui est capable de faire monter démesurément l'intensité épique.

En clair, cette version longue d'Advent Children réussit l'exploit de reprendre toutes les grandes qualités de la version précédente, de les renforcer encore davantage, et d'en combler tous les manques en y apportant une histoire bien plus développée et infiniment plus solide qui porte mieux l'intrigue du film. Il en ressort une toute nouvelle version nettement plus aboutie et bien plus maîtrisée en terme de rythme.

A l'époque de la sortie de Final Fantasy VII, les jeux n'étaient pas encore doublés. Les attentes des fans étaient donc grandes au niveau des comédiens qui allaient incarner des personnages aussi mythiques. De ce côté là, le doublage japonais ne trahit pas leurs attentes avec un casting résolument solide. Pour le rôle de Cloud Strife, nous avons aussi droit à l'excellent Takahiro Sakurai, l'un des jeunes seiyus les plus populaires et les plus talentueux de la dernière décennie, qui nous livre ici un travail impeccable. Totalement imprégné par son rôle, il arrive à véhiculer mieux que quiconque les sentiments qui peuvent animer un personnage aussi complexe que Cloud, illustrant brillamment son intériorité. Le casting comporte également quelques autres pointures du monde du doublage tels que la mythique Maaya Sakamoto dans le rôle d'Aerith Gainsborough et son mari Kenichi Suzumura dans le rôle de Zack Fair ou encore Megumi Toyoguchi dans le rôle d'Elena des Turks. Quant au rôle de Tifa, SquareEnix a choisi de faire appel à l'actrice Ayumi Ito pour offrir un contraste avec la voix d'Aerith, et sa prestation qui apporte une touche de féminité bienvenue brille littéralement sur l'ensemble du film. Dans leur majorité, les comédiens ont fait de l'excellent travail, même si quelques voix peuvent surprendre comme celle de Barret qui ne colle pas vraiment à l'image que l'on pouvait se faire du personnage dans le jeu (mais bon, c'est vrai qu'il est traité comme un personnage comique dans le film).

En plus du doublage japonais, le Blu-Ray nous propose aussi les versions françaises et anglaises. Le doublage américain, pas réellement mauvais en soi, a malheureusement tendance à caricaturer les voix des personnages comme c'est souvent le cas. Certains apprécient ce style de doublage, d'autres moins, mais je pense que tout le monde sera d'accord sur le fait qu'il reste nettement plus appréciable que le doublage français qui, lui, est une véritable catastrophe. Il n'y a tout simplement rien à sauver, le doublage devenant même involontairement comique. Quoiqu'il en soit, pour les fans, je ne peux que trop recommander de privilégier la version japonais avec les sous-titres.

Au niveau des bonus, outre les diverses bandes-annonces, nous avons droit notamment à un OAV d'une demi-heure entièrement consacré au personnage de Denzel, développant davantage son histoire avant les événements du film. Un OAV plutôt sympathique qui permet de compléter son arc narratif et de lier son passé aux événements du jeu original. Les deux autres bonus principaux sont deux AMV d'une demi-heure chacun environ et consacrés pour l'un au jeu Final Fantasy VII original et pour l'autre à l'ensemble des projets de "Compilation of Final Fantasy VII". Reprenant des images des différents jeux, ces AMV d'une demi-heure servent principalement de résumés à l'ensemble de la saga, permettant ainsi de resituer un peu le film dans son contexte, le tout accompagné par les musiques magistrales de Nobuo Uematsu (l'AMV du jeu original se relance volontiers rien que pour réentendre les magnifiques thèmes en tête desquels lesquels figurent le thème principal du jeu, celui d'Aerith et "One Winged-Angel", le thème emblématique de Sephiroth).

Pour conclure, cette version longue d'Advent Children est donc bel et bien une nette amélioration du film en comparaison de la version d'origine de 2005, lui donnant enfin toute sa richesse. Cette nouvelle version vaut-elle pour autant le coup à ceux qui possèdent déjà l'ancienne ? Je dirais que, pour les fans inconditionnels de Final Fantasy VII et pour ceux qui n'ont pas encore vu ce film, c'est définitivement cette version qu'il faut acquérir pour pouvoir en profiter pleinement. Mais pour ceux que le film n'avait pas passionné plus que ça dans sa version initiale, au-delà du simple plaisir de retrouver tous ces personnages, et pour ceux qui ne l'auraient carrément pas aimée, je doute que les améliorations apportées à cette nouvelle version soient suffisamment consistantes pour justifier un nouvel achat. Le film reste fondamentalement le même dans son essence, c'est surtout la forme qui a été grandement améliorée. Mais, quoiqu'il en soit, cette édition Blu-Ray reste clairement la version définitive d'Advent Children et on ne peut que regretter qu'il ne soit pas sorti directement sous cette forme, d'autant que la première version avait laissée pas mal de déçus parmi les fans les plus ardents de ce jeu intemporel.


Glass Heart


Suivre les commentaires du dvd

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation

Volumes of the serie

Enigma

D'où vient cette réplique ?
Je dois montrer l’exemple. C’est à moi de le faire, c’est mon devoir de parent…
[ Voir la réponse ]

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News