no flash plugins detected
Espace Membre inscription identifiants oubliés ?

Report

Dossier manga - Saint Seiya

Reader Rating 18.50 /20

Sommaire

Qui ne connaît pas cette œuvre culte qu'est Saint Seiya? Peut-être plus de monde que l'on pourrait le croire! Sans doute que beaucoup de monde connaît l'animé mais peut être que le manga est inconnu de pas mal de lecteurs que le graphisme a pu repousser... et puis la jeune génération de lecteurs a pu passer à côté...ou alors ne connaît la série que par l’intermédiaire de l’épisode G…rendons donc à César ce qui appartient à César !
Une petite présentation s'impose!

  

Identité d'un mythe :

   

Saint Seiya (vo: 聖闘士星矢, Saint Seiya), également connu dans nos contrées sous le titre des "Chevaliers du Zodiaque", est une série publiée à partir de 1986 que l'on doit à Masami Kurumada, restant à ce jour son plus grand succès. Apparue dans les pages du célèbre Weekly Shonen Jump de l'éditeur Shueisha, le manga connut une publication initiale en volumes reliés débutant en septembre 1986 pour s'achever en avril 1991, forte de 28 tomes édités à un rythme bimestriel. Mais ce n'était là que le début d'une légende qui allait envahir l'archipel nippon puis le monde entier, propulsée par une adaptation animée précoce dès 1987. 

 

Devenue un mythe, la série connut au cours des années suivantes différentes rééditions : la Aizoban en 15 vol. (1995-1997), au format plus grand et dôté d'illustrations inédites; la Bunkoban en 15 vol. (2001), une version de poche plus condensée; enfin, la Kanzenban en 22 volumes (2005-2006), qui comme son nom l'indique est "Parfaite", avec son grand forrmat, ses pages couleurs issues du Jump ou pour la description des armures en fin de tome, ses illustrations inédites et un papier de qualité !

 

L'univers de la saga des chevaliers d'Athéna était propice à diverses séries dérivées, qui virent le jour quelques temps plus tard en s'orientant vers les époques passées.  

- Tout d'abord apparut dès 2002, Saint Seiya - Episode G, sous la plume de Megumu Okada, revenant sur la jeunesse des chevaliers d'or. Encore en cours, cette série compte aujourd'hui 19 volumes.

- En 2006, Shiori Teshirogi eut la lourde tâche de s'attaquer à la Guerre Sainte de la génération précédente de combattants, deux siècles et demi avant notre ère, avec Saint Seiya : The Lost Canvas. Le manga se conclut en avril 2011 après 25 tomes de bons et loyaux services, mais est prolongée aujourdh'hui par un spinoff : Saint Seiya - The Lost Canvas - Gaiden, focalisée sur les chevaliers d'or de l'époque. 

- Supervisant ces deux histoires annexes, Masami Kurumada se retroussa également les manches pour proposer à son tour une suite à sa célèbre saga. C'est ainsi qu'en 2006 débuta également Saint Seiya - Next Dimension, où l'auteur retrouve ses célèbres héros pour une aventure à travers l'espace et le temps, au risque de provoquer quelques incohérences avec la version dépeinte par Teshirogi. Cette suite encore en cours compte à ce jour 4 volumes.

 

En France, Saint Seiya fut l'une des premières licences d'un jeune éditeur sur la voie du succès, à savoir Kana. La série fut publiée de mars 1997 à décembre 2000, soit à un rythme encore plus dense que l'original et qui ferait des envieux aujourd'hui !  Une décennie plus tard, l'éditeur rend honneur à la saga qui lui a tant apporté en se lançant dans la publication de la version Kanzenban, renommé ici Deluxe. Entamée en février 2011, cette nouvelle édition est l'une des premières rééditions en grand format de Kana, et parait à un rythme bimestriel, avec sans doute l'un des meilleurs rapports qualité/prix du marché !

Pour lorgner vers les titres dérivés de l'oeuvre originelle, il faudra se tourner vers d'autres éditeurs : Panini Manga pour l'Episode G et Next Dimension; Kurokawa pour The Lost Canvas.

 

  

  

L’auteur : MASAMI KURUMADA




Masami Kurumada (車田正美) est né le 6 Décembre 1953. Il commence dès l’âge de 21 ans dans le Weekly Shonen Jump, et malgré son style graphique très particulier, il rencontre rapidement le succès avec Ring no Kagero (1978-1983, 25 vol., suivi bien plus d'une saison 2 en 26 vol. de 2000 à 2009), un manga sur l’univers de la boxe. Il publiera également Fuuma no Kojiro (1982-1984, 10 vol., lui aussi suivi d'une suite en 3 vol., édités de 2004 à 2006) et Otoka Zaka (1985, 3 vol.) deux titres inédits chez nous (Kojiro est disponible en VHS).


En 1986 il commence sa plus grande œuvre, qui va l’occuper pendant de longues années et qu’il n'abandonnera réellement jamais: Saint Seiya


Après l’arrêt du titre, l'auteur entamera de nombreuses autres histoires rapidement écourtées et sérialisées en one-shot. Il retrouvera finalement le succès grâce à BT’X (1995-2000, 16 vol, édition française par Pika), mais où l’on retrouvera certaines similitudes, tant scénaristiques que graphiques, par rapport à sa série phare.

 
Il participe aux séries dérivées de Saint Seiya: Saint Seiya G et Saint Seiya Lost Canvas. Mais il est difficile de dire aujourd'hui quelle est réellement sa part d’implication dans ces titres... 

  
Plus récemment entama également en 2006 un autre chapitre de Saint Seiya, intitulé Saint Seiya Next Dimension mais la parution ne dura que quelques chapitres avant d'entamer un rythme beaucoup plus sporadique. L'auteur évoqua quelques problèmes de santé l'empêchant d'avancer, et le premier volume relié ne parût qu'en février 2009. 

 



Avant toute chose, l’univers de Saint Seiya

 
Au commencement il y eut ce qu’on appelle le Big bang. Il sera suivi du Big will, la volonté divine: des éclairs de lumière se répandent à travers tout le cosmos et confèrent une âme à tout ce qu’ils touchent! Tout homme qui réussit à unir son esprit avec le «big will» devient un Dieu. Ainsi Zeus, Hadès et Poséidon sont les premiers humains à s’éveiller au big will et à être vénéré comme des divinités. Leurs âmes sont immortelles mais pas leurs corps, ainsi ils doivent se réincarner par cycle. 


Les guerres saintes opposent les Dieux pour la conquête de la Terre. La première qui a lieu oppose Poséidon à Athéna. Ce dernier choisit ses sept plus grands guerriers et les équipe d’armures d’orichalques (issues d’un météorite tombée sur l’Atlantide). Athéna perd la bataille et tous les hommes sont vaincus, il ne reste plus que des adolescents. Elle décide de leur forger des armures (voilà pourquoi se sont des adolescents qui les portent encore aujourd’hui) s’inspirant des 88 constellations du ciel: 12 armures d’or au sommet de la hiérarchie, 24 armures d’argent et 48 de bronzes (+ 4 de nature inconnue). L’ordre des Saints (traduits aléatoirement par Chevaliers en Français) est créé! Athéna lance alors ses chevaliers contre les troupes de Poséidon. Ce dernier sera finalement vaincu et son âme enfermée.

Sept générations plus tard, Athéna fait ériger douze temples: le sanctuaire en Grèce. De nouvelles guerres saintes ont lieu, opposants les chevaliers d'Athéna aux Titans, puis à Ares et ses puissants Berserkers. Lors de ce conflit Athéna autorise pour la première fois ses chevaliers à utiliser des armes (celles de l’armure de la Balance). 


Au 18ème siècle Hadès apparaît sur Terre et les 79 chevaliers d’Athéna présents entrent en conflit (7 armures n'avaient alors aucun possesseur). 77 chevaliers mourront, seuls 2 chevaliers d’or en réchappent : Sion du Bélier et Dohko de la Balance… l’un d’eux devient grand Pope, seigneur des Saints d’Athéna, quand au second il se voit confié une mission de la plus haute importance… 


250 ans plus tard, notre histoire commence…

  

 

   

L'histoire

L'histoire commence avec Seiya, jeune garçon qui vient de conquérir au prix d'un lourd entraînement, l'armure de bronze de Pégase! Il rentre au Japon où est organisé un tournoi, sous la direction de Saori Kido, entre les orphelins qui avaient été envoyés il y a des années dans différents lieux d'entraînements pour gagner le droit de porter des armures de bronze. La récompense de ce tournoi n'est autre que la légendaire armure d'or du Sagittaire... mais alors que les combats s'enchaînent, revenu de l'île de la mort, terrible lieu d'où personne n'était revenu avant lui, Ikki, le chevalier de bronze du Phénix, vient dérober l'armure...


Quatre chevaliers de bronze (Seiya de Pégase, Shiryu du Dragon, Hyoga du Cygne et Shun d'Andromède, le frère de Ikki), se mettent en quête de l'armure et du renégat... mais très vite une puissance bien supérieure va rentrer en jeu pour convoiter cette armure: le Grand Pope, maître du sanctuaire et représentant d'Athéna sur Terre, et donc dirigeant normalement les 88 chevaliers d'Athéna! Il décrète que nos héros sont des renégats et envoie des chevaliers d'Argent, chevaliers d'une puissance bien supérieure, pour les éliminer. Mais aidé d'Ikki, les cinq chevaliers de bronze vont miraculeusement leur tenir tête, sous la protection de Saori qui est la véritable incarnation d'Athéna... Ils vont devoir tenir tête à l'armée du traître... 


Malheureusement pour eux, ils apprennent qu'il existe en fait 12 chevaliers d'or, les douze hommes les plus puissants de l'ordre, douze hommes possédant une puissance incommensurable, et qu'ils sont également sous les ordres du Grand Pope... Ils vont alors se rendre au sanctuaire pour traverser les douze temples des chevaliers d'or... mais heureusement ils disposent du soutien de certains d'entre eux qui ont reconnu Saori comme la véritable Athéna!

Voilà pour le 1er arc qui se scinde en deux parties, l’avant et l’après sanctuaire ! Après les héros seront confrontés à Poséidon qui déclenche un déluge pour purifier la Terre ; les chevaliers vont devoir aller dans son royaume sous-marin pour détruire les sept piliers qui soutiennent les sept mers afin de faire descendre le niveau de l’eau sur Terre. Mais chaque pilier est gardé par un des généraux de Poséidon.

Enfin, dans le dernier arc qui est le plus excitant car le moins linéaire, Hadès et ses 108 spectres attaquent le sanctuaire… mais au lieu de tomber face aux chevaliers de Bronze, ils vont se frotter aux chevaliers d’or encore en vie qui gardent toujours leur temples ! Ensuite bronze et or se rendront au royaume d’Hadès pour affronter les juges des enfers et enfin les Dieux eux-mêmes !!

   

  

  

Personnages principaux

 

 

 
Seiya

Chevalier de bronze de Pégase qui héritera par la suite de l’armure d’or du Sagittaire, Seiya est le héros insupportable par excellence qui se fait voler la vedette tout le long de la série. Il a acquis son armure au sein même du sanctuaire de ce fait il connaît plusieurs de ses adversaires. Il recherche sa sœur dont il a été séparé quand ils étaient enfant…il vient à supposer qu’il pourrait s’agir de son maître, Marine, chevalier d’argent de l’aigle. Constamment mis en avant, c’est toujours lui qui s’occupe du combat final alors qu’il n’est pas le plus puissant, il est juste très tenace (ça en est même pénible), et qu’il encaisse les coups incroyablement bien… grâce à ça, il finit toujours par se relever pour puiser dans son cosmos, grâce aux paroles d’Athéna, une nouvelle énergie ! Il est creux ! C’est le type de héros lisse qu’on a envie de voir mourir, c’est d’autant plus agaçant que Saori n’en a que pour lui, et ses potes bien plus charismatiques, se réfèrent constamment à lui. Toujours la même rengaine « Athéna donne-moi la force ! »…
  
  


Shiryu

Le personnage préféré de beaucoup, Shiryu a acquis son armure du Dragon en étant le disciple du vieux maîtres des cinq pics en Chine, qui n’est autre que le chevalier d’or de la Balance, le plus sage de tous les chevaliers. Orphelin lui aussi, bien que son entraînement soit très pénible, un lien filial se crée entre lui et son maître, au cours de cet entraînement, il rencontrera l’amour de sa vie, Shunrei, une orpheline qui sera un moteur pour Shiryu, il se battra toujours pour elle. Bien qu’inexpérimenté, il possède un peu de la sagesse de son maître et ne se lance pas tête baissé dans la bataille. Plus que n’importe lequel de ses compagnons il possède un grand sens du sacrifice. Toujours calme, une fois rentré dans une colère folle plus rien ne peut le stopper.

 
 


Hyoga

Chevalier du Cygne, il a gagné son armure en Sibérie auprès du Chevalier d’or du Verseau. Hyoga est un personnage très calme, froid par moment même, du moins au début, par la suite on apprendra son lourd passé… il a assisté à la mort de sa mère qui se trouve au fin fond de l’océan sous les glaces de Sibérie, à plusieurs reprises il sera tenté de se laisser aller vers la mort pour la rejoindre mais sa dévotion à Athéna et son amitié envers ses amis le pousseront à se relever ! Hyoga c’est un peu le cas social du groupe, quoi qu’il lui arrive se sera forcément un drame, dés qu’il retrouve un vieil ami c’est pour le voir mourir quand il ne doit pas le tuer lui-même… c’est étonnant qu’il ne soit pas dépressif !

 
 


Shun

Chevalier d’Andromède, il a acquis son armure en subissant le supplice de sa protectrice Andromède, en étant attaché à un rocher par une chaîne et devant se libérer avant qu’il ne meurt noyé par la montée des eaux. Son maître, Albior, chevalier d’argent de Persée, à vite repéré son énorme potentiel malgré sa nature douce et fuyante… en effet Shun c’est un peu la chochotte du groupe, toujours à pleurnicher qu’il ne veut pas se battre, qu’il ne veut pas faire de mal à ses adversaires, alors les tuer ce n’est même pas la peine d’y penser ! Jeune frère de Ikki, il est toujours à pleurnicher derrière lui, et pourtant il est sans doute le plus puissant des chevaliers de bronze, une force cachée dort en lui, mais il refuse de la réveiller. Il est le seul parmi les héros à se servir d’une arme : la chaîne d’Andromède aussi efficace en attaque qu’en défense.

 

 


Ikki

Tout d’abord l’ennemi des autres chevaliers de bronze, il se ralliera à eux réalisant qu’il avait fait fausse route. Envoyé tout jeune sur l’île de la mort pour prendre possession de la légendaire armure du Phénix, bien que de bronze, elle dispose de pouvoirs immenses, d’ailleurs Ikki est le premier chevalier à réussir à la revêtir depuis la création des armures il y a des siècles. Rendu fou par son entraînement inhumain et son cruel maître, quand il reviendra au Japon il tiendra pour responsable ses anciens amis dont son frère qui aurait dû partir sur l’île de la mort à sa place. Une fois qu’il les aura rejoints il sera le plus précieux des alliés, tout simplement car il est presque aussi puissant qu’un chevalier d’or. Ikki est un personnage plus que discret, qui paraît antipathique mais à l’inverse d’un Vegeta dans Dragon Ball, il ne se cherche pas d’excuse pour venir aider ses amis, son affection pour eux est entière, en particulier pour Shun son frère qu’il vient constamment aider. Le problème d’Ikki c’est que c’est un feignant, quand ses potes partent pour une bataille, lui n’intervient que bien plus tard (histoire de faire une entrée en scène bien classe !)… on n’a jamais su ce qu’il faisait pendant ce temps… rester devant sa console ou dans des salles d’arcade, lire le Shonen Jump… on ne le saura jamais !

 

 


© Masami Kurumada / Shueisha and Toei Animation Co.Ltd.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News