Dragon Ball - Partie 2 - Actualité manga
Dossier manga - Dragon Ball - Partie 2

Note des lecteurs 9.50 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 05 Mai 2017


Avant-propos


En décembre 2015, nous vous proposions un premier dossier sur Dragon Ball, la série mythique d'Akira Toriyama, en décortiquant les quarante-deux tomes du manga, ce qu'ils ont pu développer et les codes que la série a appuyé. Un peu plus d'un an après, nous vous proposons notre seconde partie de l'analyse du phénomène qui va s'intéresser au pilier du succès et du merchandising de la saga : les adaptations animées.


Le projet animé Dragon Ball


L’âge d’or ininterrompu : De Dragon Ball à Dragon Ball GT


Depuis le 26 février 1986, date de diffusion japonaise du premier épisode de Dragon Ball, l’adaptation animée du manga d’Akira Toriyama va connaître une diffusion ininterrompue pendant plus de dix ans, soit jusqu’à 1997. Dragon Ball, puis Dragon Ball Z, et enfin Dragon Ball GT se sont succédés sur les petits écrans nippons car comme s’il ne s’agissait que d’une seule grande et même série, le dernier épisode de Dragon Ball et le premier de Dragon Ball Z ne furent espacés que d’une semaine, comme une diffusion continue, même refrain pour Dragon Ball GT. On compte au final 508 épisodes télévisés pour ce premier cycle : 153 pour DB, 291 pour DBZ, et 64 pour DBGT qui reste la plus courte série de la franchise. A ces trois titres s’ajoutent de multiples productions, mais nous aurons le loisir d’y revenir plus tard…




La renaissance de la saga : De Dragon Ball Z Kai à Dragon Ball Super


Sur les petits écrans japonais, Dragon Ball connait une trêve de douze ans, de 1997 à 2009. A ce moment, Dragon Ball Z s’apprête à célébrer sa vingtième bougie, aussi Toei Animation choisi de fêter l’événement en remasterisant la série… tout en permettant son retour sur les postes de télévision. Ainsi démarre le projet Dragon Ball Kai, renommé officiellement Dragon Ball Z Kai en occident, une version haute-définition de la série, ou presque. En effet, Dragon Ball Z Kai a pour ambition d’éliminer toutes les rallonges ainsi que les épisodes hors-série afin de réduire considérablement la durée de cette nouvelle œuvre. La série fera une pause en 2011 pour reprendre en 2014, elle s’achèvera définitivement en juin 2015 avec 159 épisodes pour la version nippone contre 167 dans la monture internationale… Puis, en juillet 2015, Dragon Ball Z Kai laisse place à ce qui pourrait s’apparenter à sa suite directe : Dragon Ball Super. Plus question de remasterisation cette fois-ci puisque le chapitre Super narre des intrigues entièrement nouvelles qui se déroulent entre les épisodes 157 et 158 de DBZKai, s’articulant sur des scénarios d’Akira Toriyama en personne. Il s’agit aussi de la deuxième série animée originale, non adaptée d’une œuvre papier, même si le dessinateur Toyotarô signe son adaptation manga en parallèle.

Les films, OAV et TV-Spéciaux...


Autour des quatre séries d’animation principales gravitent une multitude d’œuvres, aux intitulés qui prêtent parfois à confusion. Les plus connues d’entre-elles, parfois même plus célèbres que les séries télévisées, sont les films. Dragon Ball en compte quatre et Dragon Ball Z quinze, tandis que Dragon Ball GT et Dragon Ball Super restent orphelins de tous longs-métrages cinémas. Leur sortie fut d’ailleurs ininterrompue entre 1986 et 1996, avec parfois plusieurs sur une même année. Le quatrième film de Dragon Ball, L’armée du ruban rouge, marquera plus de quinze années de pause dans la sortie des longs-métrages, une interruption qui sera interrompue par Battle of Gods en 2013 puis La Résurrection de ‘F’ en 2015.

Les OAV, eux, sont au nombre de six, deux pour Dragon Ball et quatre pour Dragon Ball Z. Les trois premiers sont de petits métrages destinés aux plus jeunes, leur proposant une éducation civique ou des jeux par téléphone, tandis que les trois derniers sont de véritables aventures plus ou moins canoniques.

Viennent enfin les TV-Spéciaux, des épisodes particuliers diffusés sur les télévisions japonaises et qui font partie intégrante des intrigues officielles. Dragon Ball Z en compte trois dans sa chronologie et Dragon Ball GT un seul. Dragon Ball Super, quant à lui, à proposer une version télévisée rallongée du film La Résurrection de ‘F’ qui contient des séquences inédites autour de Trunks du futur, le long-métrage faisant donc aussi bien office de film que de TV-Spécial pour cette monture…

Les termes qui distinguent ces productions sont sujets à débats pour les fans, mais leurs désignations ont un sens fort. Nous aurons tout le loisir de revenir sur cette importance dans la partie concernant ces productions dérivées aux séries télévisées…




Quelques personnages inédits aux anime


Afin de compléter notre présentation des personnages du premier dossier, nous vous proposons quelques nouvelles figures marquantes propre à l’anime et ses dérivés. Ces personnages étant très nombreux, nous ne vous proposons qu’une sélection proportionnelle à la popularité des personnages, et nous omettons volontairement ceux de Dragon Ball Super puisque la série aura droit à son propre écrit…

Thales / Tullece



Thales est l'antagoniste principal du troisième film Dragon Ball Z et fait partie des survivants de la race Saiyen. Avec son groupe, il envahit la Terre afin d'y planter le Shinseiju, un arbre puisant l'énergie entière de la planète mais donc le fruit permettra à quiconque le mangerait de multiplier sa puissance. Physiquement, Tullece est semblable à Son Gokû mais arbore un tempérament cruel digne des facettes les plus obscures du peuple saiyan...

Slug



Slug est l'antagoniste du quatrième film Dragon Ball Z. Survivant du cataclysme de Namek, il est à la tête d'une troupe de guerriers qu'il dirige dans l'optique de fonder son propre Empire. Il choisit la Terre comme cible car celle-ci possède des dragon ball qui pourraient lui donner la jeunesse éternelle... Contrairement à Dieu qui est un être pacifique, Slug est profondément mauvais et n'aspire qu'à la domination. Il n'hésite d'ailleurs pas à éliminer n'importe quel soldat qui manquerait à son devoir.

Cooler




Ennemi principal du cinquième film Dragon Ball Z, Cooler est le frère ainé de Freezer. Il a autrefois assisté à la destruction de la planète Vegeta et a remarqué la capsule du petit Son Gokû qui s'échappait, une erreur de son frère qui devait en prendre l'entière responsabilité. Après la mort de Freezer, Cooler choisit de le venger et retrouve donc le saiyan sur Terre, accompagné de ses hommes de main. Cooler se montre ainsi plus calme que son frère, moins tyrannique aussi, mais tout aussi puissant.

C-13 / N°13



C-13 est l'ennemi clef du septième film Dragon Ball Z. Absent de l'époque future de Trunks, il est un cyborg qui existe encore dans le présent, tout comme C-14 et C-15. Comme toutes les créations du Dr Gero, il apparaît dans l'unique but de tuer Son Gokû, il engagera ainsi un rude combat contre ce dernier, mais aussi Vegeta et Trunks du futur. Toutefois, C-13 possède une capacité qui le rend redoutable : il est capable d'absorber les pièces de C-14 et C-15 pour muter en un cyborg encore plus redoutable...

Broly



Broly est l'antagoniste principal des films 8, 9 et 10 de Dragon Ball Z. Guerrier saiyan, il est né avec une puissance de combat démesurée puisqu'il atteignait une force de 10 000 unités alors qu'il n'était qu'un nourrisson. A l'époque, les pleurs répétés de Son Gokû bébé, à côté de sa capsule, créèrent chez Broly un véritable traumatisme qui poussera le guerrier à le haïr.
La force du guerrier lui valut le mépris de son peuple, dont celui du roi Vegeta qui tenta de l'assassiner. Laissé pour mort avec son père, Paragus, juste avant la destruction de la planète Vegeta, Broly bébé utilisera son pouvoir pour que lui et son père échappent à la destruction. Des années après, ils piègent Gokû, Vegeta et les derniers saiyan en vie pour accomplir leur vengeance...

Bojack



Bojack est l'adversaire clef du septième film de Dragon Ball Z. Il est à la tête d'une bande de criminels qui sévissaient dans les différentes galaxies, mais les quatre Kaiô les empoisonnèrent. Lorsque Celle détruisit la planète du Kaiô du Nord en explosant, Bojack et les siens furent libérés et se dirigèrent vers la Terre, dans un but purement criminel, et prirent la place des champions du tournoi organisé par un milliardaire. D'une puissance extraordinaire, proche de celle de Cell, il se montrera sans scrupules aussi bien envers ses ennemis que ses alliés. En effet, il est capable d'éliminer les siens de sang froid s'ils n'accomplissent pas leur tâche...

Janemba



Janemba est le principal ennemi du douzième film Dragon Ball Z. Il n'est pas un être né ainsi mais résulte de l'accumulation de l'énergie négative des êtres envoyés en envers, condensée dans l'un des employés de l'au-delà. Janemba a une première apparence de gros bonhomme jaune capable de tirer des boules d'énergie par ses nombrils mais, dominé par Son Gokû, il se transformera en un démon plus agile et plus puissant. Sa force est telle qu'il dépasse largement le Super Saiyen 3.

Paikuhan




Paikuhan est un mort résidant dans l'au-delà. Guerrier au fort potentiel, il a gagné le droit de conserver son enveloppe corporelle pour suivre l'entraînement du Kaiô de l'Ouest, il est devenu son combattant fétiche. Paikuhan rencontrera Son Gokû lors d'un tournoi du monde des morts, il montrera une puissance semblable à celle de Cell. Inédit au manga, il réapparaîtra dans le douzième film Dragon Ball Z pour aider Gokû à vaincre Janemba.

Tapion



Tapion est un guerrier enfermé dans une boîte à musique échouée sur Terre. Hoï, un vieil homme, demandera à Gokû et les siens de le libérer avec l'aide de Shenron, prétextant une vieille amitié. En réalité, Tapion est un survivant de la planète Konatz avec son frère Minoshia. Autrefois, un monstre nommé Hildegarn semait la terreur, et le seul moyen d'endiguer la menace fut de couper l'ennemi en deux et de sceller chaque partie dans l'un des deux frères, avant d'enfermer ces derniers dans des boîtes à musique expédiées vers des extrémités opposées de l'univers. Avec la libération de Tapion, Hildegarn est de nouveau libre, bien que son ocarina lui permettre de modérer le démon, et il devra compter sur Gokû et les siens pour l'éliminer définitivement.

D'un caractère sérieux, Tapion s'ouvrira au contact de Trunks, voyant en lui son défunt petit-frère...
  
  
  



Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News