Short love stories Vol.2 - Actualité manga

Short love stories Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 14 Septembre 2017

Critique 2


Après Io Sakisaka, c’est au tour de Karuho Shiina de nous dévoiler quelques petites histoires sentimentales. Ce n’est pas moi de cinq que nous allons découvrir et qui sont toutes différentes les unes des autres.


Dans « En devenir », Hitomi a fait sa déclaration à Tsushima. Ce dernier accepte de sortir avec elle ce qui la comble de joie. Or, Hitomi est à la base une jeune fille assez discrète en pleine adolescence ayant du mal à accepter son corps qui change. L’auteur évoque les débuts sentimentaux où l’un et l’autre se découvrent, où à chaque rencontre le cœur palpite envahi par le stress et la gêne de mal faire devant la personne que l’on aime. Le regard des autres élèves sur son corps qui change est également abordé. Il n’est pas facile de passer de petite fille à une jeune fille. Une première histoire sentimentale simple et qui fonctionne. Tout comme dans « Comment sera demain ? » où une jeune fille s’est éprise de son ami d’enfance au caractère bien trempé et qui mettra un peu de temps avant de lui faire sa déclaration.  Avec « Juliette est amoureuse », Karuho Shiina revisite à sa manière la romance la plus connue qui est « Roméo et Juliette ». Point de tragédie comme l’œuvre originale, mais une rivalité entre deux familles tenant chacune une boutique dont les enfants respectifs s’appellent Romio et Jurié. Même si ces deux familles passent leur temps à se faire la guerre, telle une fleur parmi les mauvaises herbes, l’amour peut naitre à travers les conflits.


Avec « La fleur et The thief », l’auteur nous emmène dans le monde de Azami, une jeune fille qui fait toujours tout pour aider ou rendre heureux ses amies quitte à mentir sur ce qu’elle ressent. Mais, son petit manège sera un jour percé par le seul jeune homme qui la met mal à l’aise. Derrière cette petite histoire se cache une morale où à trop vouloir le bien des autres, nos actes peuvent au contraire blesser. 


Cet ouvrage se finit avec une magnifique histoire émouvante et touchante d’un amour d’enfance oubliée et qui fera surface d’une bien étrange manière. Nous voyons là tout le talent de l’auteur qui arrive à embellir une tragédie…


Tout comme avec Io Sakisaka, ce deuxième opus offre différentes atmosphères sentimentales et le choix du dernier titre nous laisse submerger par l’émotion. Au prochain volume, c’est au tour d’Aruko, connue pour être la dessinatrice de la série « Mon histoire ».


Critique 1


Proposant de découvrir des histoires courtes sentimentales ayant marqué les débuts de mangakas devenues célèbres, la collection Short Love Stories revient avec un deuxième numéro. Le premier volume mettait en avant Io Sakisaka, sans doute la mangaka la plus emblématique du catalogue shôjo actuel de Kana, avec Strobe Edge, Blue Spring Ride et Love, be loved Leave, be left. Le tome 2, lui, s'intéresse à une artiste qu'en France nous ne connaissions jusque-là que pour une seule oeuvre, mais un oeuvre devenue incontournable dans son domaine : Sawako, qui, après presque 30 volumes, fait toujours le bonheur de l'éditeur Shûeisha au Japon depuis 2006, et des éditions Kana en France depuis 2009.


Au fil de près de 320 pages, Short Love Stories 2 nous propose donc de découvrir 5 histoires courtes ayant marqué la jeunesse de cette artiste qui a commencé sa carrière dans les années 1990. 


"En devenir" narre la naissance d'un amour délicat entre deux adolescents qui sont tous les deux un peu "victimes" de leur âge : Hitomi a beaucoup de mal à accepter son corps qui attire l'attention, car ses seins poussent beaucoup, mais elle voit en Tsushima un garçon différent des autres, alors quand il accepte de sortir avec elle ça la comble de bonheur. Mais Tsushima est-il si différent ? Après tout, il reste un garçon en pleine puberté, et ses camarades de classe masculins sont derrière...


Dans "La Fleur et The Thief", un titre hybride qui peut paraître bizarre sur le coup, on découvre en la jeune Azami une adolescente qui a le coeur sur la main, tant elle est toujours prête à aider ses amies. Mais à force de toujours penser aux autres avant elle-même, elle pourrait finir par se mentir, se "sacrifier" et se faire mal. Mais dans son entourage, il y a un jeune garçon qui n'est pas dupe...


"Juliette est amoureuse" revisite à sa manière le récit de Roméo et Juliette en mettant en scène la rivalité entre deux familles tenant chacune un petit magasin. Mais pendant que les familles se crêpent le chignon, leurs enfants Jurié et Romio comprennent qu'ils s'aiment malgré les conflits un peu stériles.


Pour "Comment sera demain ?", Shiina met en scène une demoiselle amoureuse depuis longtemps de son ami d'enfance le turbulent Kattsu, et dans leur entourage ce dernier doit bien être le seul à ne pas se rendre compte des sentiments de la jeune fille. Il a beau être impulsif et avoir un caractère difficile, elle sait très bien que dans le fond il est un gentil garçon... mais ses sentiments finiront-ils par l'atteindre pour autant ?


Enfin, "Le Champ de pissenlits" présente une lycéenne qui revient dans sa ville natale. Elle n'a plus vraiment de souvenirs de l'époque où elle y vivait, mais son étrange rencontre avec un mystérieux garçon dans un champ de pissenlits pourrait tout changer... Qui est-il ? pourquoi semble-t-il pouvoir s'évanouir à tout moment ? D'où vient la peur de l'eu de la jeune fille ? Ici, on le devine rapidement, le surnaturel s'en mêle pour narrer un fond tragique, mais qui se veut porteur d'espoir quant à l'avenir de l'adolescente, qui doit apprendre à aller à nouveau de l'avant.


Globalement, les histoires restent classiques, et du fait de leur brièveté elles vont parfois un peu trop vite en besogne. Mais ce qui s'en dégage est souvent joli, car que ses personnages soient victimes par leur jeunesse, maladroits, timides, ou marqués par des rivalités familiales ou par un ancien drame, le fond amoureux se veut optimiste, et il n'est pas rare que les sentiments de ces adolescents participent à leur construction pour l'avenir.


On note aussi une thématique qui revient dans chaque histoire, mais d'une manière différente : l'apparence, qui peut créer quelques ennuis ou être trompeuse/mensongère. Que ce soit les deux héros de la 1ère histoire (l'une acceptant mal son apparence qui devient plus adulte, et l'autre cachant un peu ce qu'il pense), Azami qui tait ce qu'elle ressent pour le bien des autres, Jurié et Romio qui s'aiment sans pouvoir totalement le montrer, Kattsu qui n'est pas aussi mauvais qu'il peut en avoir l'air, ou le mystérieux garçon du champ de pissenlits qui a un secret... Cette question de l'apparence, on la retrouvera plus tard dans l'oeuvre maîtresse de Karuho Shiina, Sawako, puisque l'héroïne a au départ une réputation négative à cause de son allure sinistre.


Visuellement, c'est très classique, mais c'est clair, on s'amuse à chercher les premiers éléments faisant le style de Shiina, et il y a quelques fulgurances côté découpage, par exemple vers la fin de la première histoire.


L'édition reste plaisante à prendre en main, mais la traduction, bien que dans l'ensemble très bonne, souffre de quelques tournures peu naturelles, et se plante en beauté sur une note de compréhension Mine Fujiko, personnage de la saga Lupin III, devient Mineko Fuji... Le principal regret, toutefois, vient une nouvelle fois de l'absence de datation des différentes histoires.


Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Einah

16 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

14 20
Note de la rédaction






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News