One-Punch Man Vol.8 - Actualité manga

One-Punch Man Vol.8

Critique du volume manga

Publiée le Jeudi, 14 Septembre 2017

Depuis la destruction de la ville A par les Dark Matter qui ont tout de même été vaincus, le Q.G. de l'Association des héros a été renforcé, et se dresse désormais comme une forteresse imprenable au milieu des ruines de la cité. Mais malgré la défaite de Boros et de ses sbires, la prédiction de Madame Ridma, affirmant que la Terre est dans la mouise, semble toujours d'actualité, car les apparitions de fléaux continuent de se multiplier, et monstres paraissent de plus en plus forts...


Mais heureusement, le monde peut compter sur ses héros les plus valeureux, comme King ! 7ème de la classe S, cet homme au regard effrayant et à la balafre sur l'oeil gauche en impose auprès de tous, si bien qu'il est même considéré par beaucoup comme étant l'homme le plus fort du monde. Alors quand apparaîtra devant une redoutable menace, comment réagira-t-il ?


Après avoir mis fin à l'arc de Boros dans le tome précédent, ONE et Yusuke Murata poursuivent leur oeuvre sans faillir en offrant d'emblée une entrée en scène réussie pour King. Sur le coup, l'homme en impose vraiment, dégage vraiment une forte stature sous le coup de crayon de Murata, à tel point qu'il n'a même pas besoin de se battre contre l'infâme méchant Reptilangue pour le pousser à la rédemption ! On appréciera aussi, comme souvent, ce don pour offrir des designs de méchants parfois ridicules, avec des noms de pokémon qui vont bien. 


Mais King est-il vraiment ce qu'il semble être ? On devine doucement la réponse à travers certains de ses loisirs, jusqu'à ce que se confirme sa réelle façon d'être quand apparaît un nouvel ennemi bien plus redoutable que Reptilangue...


D'un côté, même si en termes de mise en scène Murata a déjà été plus inspiré et plus audacieux, on prend facilement plaisir à suivre un affrontement assez intense face à G4, une machine divine qui bénéficie d'un design dense et très soigné, ce qui bluffe d'autant plus quand on le voit en action. Et d'un autre côté, on s'éclate en découvrant la vraie personnalité de King (sur qui on n'en dira pas plus pour ne pas spoiler), et le rôle que va avoir Saitama à ses côtés ! L'alternance action/humour fonctionne bien, surtout parce que Saitama conserve sa personnalité tout à fait particulière, en s'incrustant comme si de rien n'était chez King, en se montrant toujours aussi détaché envers l'essentiel... et pourtant, notre crâne d'oeuf est à nouveau capable d'être réellement charismatique parfois, et King s'en rendra bien compte.


Qui plus est, tout ce passage, qui occupe les 110 premières pages, permet aussi d'entrevoir à travers King une petite facette du passé de Saitama, et d'installer discrètement de nouveaux enjeux autour d'une mystérieuse organisation. Et au bout de l'affrontement contre G4, on retrouve un Genos toujours aussi déterminé à entrer dans le top 10 de la classe S, et à retrouver le cyborg qui a détruit sa ville.


Le dernier chapitre, plutôt court, amène encore une donne supplémentaire avec le nouveau rôle que pourraient avoir des criminels aux côtés de l'Association des héros. Parmi eux se dégage rapidement une silhouette, celle du dénommé Garoh, qui a quelques allures de Hiruma d'Eyeshield 21 (la précédente série de Yusuke Murata)... Mais on se demande aussi ce que réserve ce cher Sonic !


Une nouvelle fois, on a un volume qui se voit écourté après environ 130 pages pour laisser place à des histoires bonus. A force, ça peut lasser, mais concrètement les deux récits bonus sont plutôt plaisants à suivre. Dans le premier, Saitama et Genos se retrouvent tous deux sur des affaires félines de natures bien différentes, et l'on s'amusera surtout de voir Saitama galérer devant une petite chatte lui en fait baver, tandis qu'il dégomme tranquillement un fléau félin. Dans le deuxième, on revient sur Bang et son nouveau disciple Charanko, sous la menace d'une bande s'attaquant aux dojos... Heureusement, Saitama et Genos sont là. Mais une nouvelle fois, s'ils finissent par se battre, c'est uniquement grâce à un sens des priorités qui n'appartient qu'à notre crâne d'oeuf.


Après l'affrontement assez dantesque contre Boros dans le volume 7, la série se poursuit donc sur de bonnes bases, en alliant toujours action et humour, et en distillant tranquillement de nouvelles pistes.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

15 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News