Lockdown Vol.2 - Actualité manga

Lockdown Vol.2

Critique du volume manga

Publiée le Mercredi, 12 Avril 2017

Critique 2

Sota pensait son ami Daichi mort. Et au vu de tout ce qu'il s'est mangé dans la face, c'était bien le cas. Pourtant, en le voyant se relever comme par magie, il n'a pas réfléchi et, ivre de joie, s'est rapproché de lui... pour son plus grand malheur : Daichi l'a mordu avant de se faire abattre. Depuis, le jeune garçon est de plus en plus tiraillé par une insatiable envie de sang frais : tout porte à croire qu'il est devenu une sorte de zombie ! Il a beau résister et fuir, Miho le suit, et alors qu'il s'apprête à s'attaquer à elle, son ami Junji intervient pour l'empêcher de commettre l'irréparable...

Mais que s'est-il donc passé du côté de Junji et de son amie Yuki, absents de classe au moment où les terroristes sont arrivés ? Et pourquoi donc Junji débarque-t-il habillé comme un terroriste ? Le début de ce deuxième tome est plutôt plaisant dans sa manière de nous remontrer rapidement ce qui s'est passé dans le premier volume, mais vécu du côté de Junji. Cela permet notamment aux auteurs d'éclairer légèrement plus le lecteur sur certains points : les regrets d'Ohara et de Haru qui ont dû tuer un gosse (ce qui confirme une certaine humanité chez certains terroristes), ou le fait que la protection terroriste s'étende jusqu'à l'extérieur de l'enceinte.

Le volume part donc sur des bases plutôt prometteuses, d'autant que le rôle de Junji est encore amené à grandir via le "double-rôle" qu'il se retrouve à occuper. Pourtant, au fil des pages tournées on a plutôt tendance à être décontenancé pour une raison : la multiplication très rapide des orientations choisies par le scénariste.
Après avoir varié entre l'action, le gore, la lutte terroriste, l'attaque bactériologique, la survie, le fantastique horrifique, le récit imaginé par Michio Yazu promettait d'être étonnant en s'engouffrant dans le registre du zombie, et l'on trouve bien cet aspect via les errances de Sota qui retient autant que possible son désir de viande humaine fraîche. Mais le problème est que cette piste n'est qu'esquissée puisque le scénariste préfère s'orienter encore dans une autre direction, sitôt que Hozuki décide de se lancer dans les petits jeux macabres comme le font tant de survival.
Concrètement, le mélange des genres aurait pu être excellent, mais pour le moment il laisse pantois, car tout s'enchaîne beaucoup trop vite. La "zombification" de Sota semble souvent secondaire car noyée dans la masse d'autres choses. Le petit jeu concernant les professeurs aurait pu être très bon, notamment parce qu'il se base sur la théorie du dilemme du prisonnier, mais finalement tout est torché en quelques pages sans le moindre focus psychologique sur les choix des enseignants. Et suite à tout cela, deux autres pistes viennent encore s'ajouter. D'un côté, la possibilité d'un début de révolte chez une partie des élèves, ce qui une nouvelle fois pourrait promettre pour la suite. De l'autre, la tentative du scénariste d'offrir des leçons sur l'être humain, leçons désespérément creuses pour le moment. A-t-on le droit de tuer pour une juste cause ? Y a-t-il vraiment des innocents en ce monde ? Les humains sont-ils tous foncièrement mauvais ? Les idées sont là, mais balancées vite fait.

En somme, le problème est que le récit en arrive très vite à multiplier les orientations en n'en approfondissant aucune pour l'instant, ce qui donne l'impression d'un gros fourre-tout inabouti après deux tomes. Pourtant, il y a pas mal de bonnes petites choses qui laissent espérer.
Certains autres élèves commencent ainsi à gagner un peu plus en intérêt grâce à leurs agissements, on pense notamment à Yuuki qui veut retrouver sa petite soeur et la protéger, à Aoi qui semble réfléchir plus que la moyenne (à part ça, encore un beau cliché avec cette binoclarde stratège impassible), ou à Hijiri qui semble avoir un lien tumultueux avec l'un des terroristes... Tout ce petit monde se met un peu plus en action, ce qui pourrait bien revigorer la série par la suite.
Egalement, certaines interrogations se bousculent de plus en plus. Pourrait-il exister un traître au sein des terroristes ? Quel est le but recherché par Hozuki quand elle parle de lutter pour une justice ? Hozuki reste d'ailleurs une figure plutôt réussie dans son mélange de beauté, de froideur, de cruauté. Elle semble par moments compréhensive, avant d'abattre sans scrupule les gens ou de tenter de corrompre le reste d'humanité de Sota... Le personnage est assez ambigu, on en vient très facilement à s'interroger sur ce qu'elle recherche exactement. Espérons désormais que le récit ne tardera pas trop à la révéler plus...

A part cela, quelques petites fautes de goût pourront irriter facilement certains lecteurs. Kaneishi est un méchant très méchant, roulant des pelles de force à Sakura, oulala. Et pourquoi Hozuki se ramène en tenue de gothic lolita ? Etait-ce nécessaire ?

Bien qu'un petit poil plus convaincant que le premier volume, ce deuxième tome de Lockdown n'est pas encore celui qui fera réellement décoller la série. Le côté hybride de l'oeuvre n'est pas déplaisant, ses différentes orientations ont largement de quoi proposer du lourd pour la suite, mais il faudrait simplement que les auteurs prennent un peu plus le temps de bien amener les choses afin de sortir de cette trop grosse impression de fourre-tout.


Critique 1

Suite à une attaque terroriste au sein d'un lycée, la terreur règne parmi les élèves, d'autant que plusieurs d'entre eux ont déjà été tués. Si certains terroristes ne semblent pas souhaiter leur faire du mal, d'autres n'ont aucune hésitation à tuer... Daichi prend une balle perdue et meurt sous les yeux de ses camarades horrifiés...mais ce dernier se relève et attaque une de ses  amies!
L'horreur se répand et elle se présente sous plusieurs formes, qu'il s'agisse des terroristes, de zombies ou même de l’égoïsme de certaines personnes!

Après un premier opus qui laissait présager de bonnes choses, mais qui, dans le même temps, nous laissait sceptiques sur bien des points, le second tome vient apporter un nouveau regard sur la série, et c'est très certainement pour cela que Ki-oon a eu la bonne idée de sortir les deux tomes en parallèle, conscient des limites du premier, grandement rattrapé par le second!

Et on est agréablement surpris dès le premier chapitre de ce second opus, puisqu’on le vit au travers du regard de Jun, un des élèves absents du premier tome, qu'on ne découvrait qu'à la toute fin, portant, à la surprise générale, un des uniformes des terroristes!
En un chapitre les auteurs vont résumer l'intégralité du premier tome, mais sous un point de vue différent, expliquant déjà certaines choses qu'on pouvait trouver obscures, notamment le fait qu'il porte un uniforme...fait-il parti des terroristes? On comprend donc mieux, mais ce nouveau regard vient également brouiller quelques pistes et vient poser de nouvelles questions: Toshiki a bel et bien été abattu, mais pas par les terroristes! On peut alors deviner que la menace ne se trouve pas qu'à l'intérieur de l'enceinte du lycée, mais également à l'extérieur, et qu'au lieu de les laisser sortir, les autorités préfèrent le confinement, voire l’exécution...mais cela, ça se confirmera (ou pas) plus tard!

Suite à cette ouverture des plus plaisantes, qui déjà permet aux lecteurs d'appréhender le titre sous un autre angle, on reprend le fil de la prise d'otages et cette fois Hozuki, le leader des terroristes tiendra un rôle plus important!

On retrouve le mélange du premier, c'est-à-dire gore, survival, thriller, zombies, terroristes, lycéens...et à cela s'ajoute un autre aspect, pourtant très présent dans les autres titres du genre: le jeu macabre! Cette fois c'est Hozuki qui va proposer des jeux aux otages soit pour leur survie, soit pour leur liberté! Et on retrouve ce que les auteurs avaient commencé à dépeindre dans le premier tome, à savoir la bassesse et l’égoïsme des hommes...au lieu de s'entraider pour tous survivre, ils vont se faire des coups bas pour s'en sortir seuls en sacrifiant tous les autres...
La critique du genre humain est un peu facile, elle est surannée, mais elle correspond bien à ce genre de titre, où la violence domine et se montre raccord avec les comportements des personnages.

On retrouve également, ce qui manquait quelque peu dans le premier tome, la promesse que le titre nous faisait au départ: une "guerre" entre les lycéens et les terroristes... Elle ne fait que planer durant l'ensemble du volume, mais sa conclusion laisse présager de véritables affrontements pour la suite...et ça promet de beaux affrontements: la savoir militaire opposée à la connaissance du terrain!
A ce propos il est amusant de noter que les établissements japonais apparaissent immenses, presque des petits villages tant ils sont vastes et étendus, bien loin de nos lycées français. 
La résistance s’organise donc, et ce seront les élèves qui vont la mener, les professeurs ayant démontrés leurs limites et leurs bassesses, ils sont hors jeu et ce sera donc aux plus jeunes de se sauver eux-mêmes!

Et alors qu'on aurait presque tendance à oublier qu'il s'agit d'un survival sur fond d'horreur, les auteurs nous rajoutent une petite touche de gore pour conclure le tome! C'est un thriller certes, mais il sera horrifique!

Si on se pose encore des questions à l'issue de ce tome (notamment l’intérêt des amourettes adolescentes), nous voilà bien rassurés sur l’intérêt général du titre, et si le premier tome avait suscité un peu de curiosité sans aller au-delà, ce second opus vient grandement la titiller, il nous lance sur de nouvelles pistes qu'on a désormais très envie de suivre!

Critique 2 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

11 20
Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Erkael

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News