I am a Hero Vol.19 - Actualité manga

I am a Hero Vol.19

Critique du volume manga

Publiée le Vendredi, 11 Août 2017

Ce n'est pas nouveau, Kengo Hanazawa aime proposer dans I am a Hero, de temps à autre, des sortes d'apartés où il nous invite à suivre ce qui se déroule dans des villes hors du Japon qu'il a eu l'occasion de visiter lors de conventions. Et cette fois, dans les premiers chapitres du tome 19, il met à l'honneur Barcelone en nous invitant aux côtés d'un ZQN bien étrange d'allure (une tête masquée sur de longues et fines jambes), mais aussi de fond puisqu'il s'interroge comme un humain normal le ferait. Tout en le suivant en train de vagabonder à travers les lieux emblématiques de la ville, nous le voyons se questionner, émettre ses hypothèses sur trois grands types de ZQN : les "humanoïdes" qui transmettent l'infection, les "constructifs" qui nettoient et maintiennent l'ordre, et ceux qui ne savent pas pourquoi ils existent, sont agressifs, massacrent et détruisent. Lui ferait plutôt partie de la dernière catégorie, en ne sachant absolument pas pourquoi il est là, quel sens donner à son existence. Se déplace-t-il de sa propre volonté ? Peut-être trouvera-t-il une forme de réponse au bout de cet aparté très bien fichu.


Puis c'est le retour au Japon, où l'on retrouve Hideo et Hiromi alors qu'ils viennent d'embarquer sur le petit bateau d'un pêcheur qui les a sauvés. Un rêve bizarre plus loin, Hideo, tout comme Hiromi, font un peu plus connaissance avec cet homme qui est parvenu à survivre en vivant quasiment uniquement sur l'eau, refuge où les ZQN ne peuvent aller. Hiromi affirme son désir d'aller à Tokyo, soi-disant pour sa mère, mais peut-être aussi pour des raisons plus importantes encore. Et tandis que la petite embarcation se met en route pour quelques heures de trajet jusqu'à la capitale, les interrogations se bousculent de plus en plus concernant le destin de la lycéenne...


L'auteur joue bien son coup avec ce volume qui accentue petit à petit des questions que l'on se pose depuis longtemps, et il prend encore plaisir à nous balader de personnage en personnage en retournant nous montrer ce qui se passe du côté d'autres figures que l'on a croisées, comme Kurusu et Korori. Et tout ceci a enfin un sens plus tangible. On devine peu à peu de quoi il en retourne concernant nombre de choix que Hanazawa a faits pendant la série : les changements de personnages, les rêves... Tout commence réellement à trouver un point de convergence, et Hiromi semble plus que jamais, encore qu'on ne pouvait le penser, devoir jouer un rôle-clé.


Le mangaka confirme ici qu'il a bien pensé son récit, tant beaucoup de choses commencent à obtenir plus de sens, y compris certains détails comme la façon dont Mlle Oda est morte. On se laisse balader en pleine confiance, porté par le photoréalisme des décors toujours aussi immersif et par des personnages qui ravivent, s'il le fallait, l'attente. Et tandis que le final du tome laisse un brin effaré, on se demande désormais quel chemin va devoir prendre Hideo.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Koiwai

16 20
Note de la rédaction
Note des lecteurs






MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News